La décision de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) de procéder à l’arrestation de Sheilendra Peerthum, l’ancien Chief Executive du Conseil de district du Nord, après avoir logé une accusation provisoire de corruption contre lui, ne sera pas revue par la Cour suprême. C’est ce qu’ont décidé les juges Saheeda Peeroo et Asraf Caunhye dans le jugement qu’ils ont rendu à la suite d’une motion logée par M. Peerthum, dans laquelle il avait réclamé une Judicial Review.
L’action du plaignant était dirigée contre l’ICAC aussi bien que contre le Commissaire de police. Accusant la défenderesse N°1, l’ICAC, d’avoir abusé de ses prérogatives et du pouvoir que lui a accordé la police de procéder à des arrestations, il réclamait que la Cour tranche en sa faveur, en émettant les ordres suivants.
« A) For a declaration that the actions of Respondent No. 1 is tainted with bad faith, are ultra vires, tainted with procedural impropriety, improper motive, contrary to Law, infringe my Constitutional rights, are against the rules of natural justice and grossly unreasonable in the circumstances ; and B) For an order of mandamus directing respondent No. 1 to bring before the Supreme Court all the records relating to its decision leading to Applicant’s arrests in order to have same declared ultra vires, tainted with procedural impropriety, improper motive, is contrary to Law, infringes my Constitutional rights, is against the rules of natural justice and grossly unreasonable in the circumstances ; C) For an order prohibiting Respondent No. 1 and/or its agents and all persons acting or purporting to act under its authority, direction or control or instruction and all persons acting in conjunction or participation with them or otherwise howsoever for operating outside the provisions of Sections 47, 50 and 53 of the PoCA [Prevention of Corruption Act 2002] ; D) For an order compelling Respondent No. 1 to undertake its investigations diligently and in a timely manner in full respect of the Prevention of Corruption Act 2002 and Applicant’s constitutional rights and/or E) Any such order as the Supreme Court may deem fit and proper. »
Le plaignant a évoqué les différentes étapes effectuées par l’ICAC dans le cadre de son enquête et les quelques fois où il avait été interpellé par ses enquêteurs. Pour l’avocat du plaignant, cela constituait une transgression par l’ICAC des articles et sous-sections 47, 50 (1) (d) et 53 de la PoCA. De plus, Sheilendra Peerthum a soutenu que ses droits tels que les articles 5, 7 et 10 de la Constitution les prévoient ont été bafoués, ce qui l’aurait moralement affecté.
Le défendeur N°2 a alors soulevé une objection préliminaire, selon laquelle pour toute réclamation concernant ses droits constitutionnels, une personne lésée devrait loger une Plaint with Summons sous l’article 17 de la Constitution en satisfaisant les Supreme Court (Constitutional Relief) Rules 2000.
Après avoir analysé les différents arguments des parties, les jugent concluent comme suit : « We hold that the applicant has failed to show on the averments of the affidavit that he has an arguable case for any of the prayers sought, and that the objection raised to the application is well founded. Consequently, there is no need for us to deal specifically with the preliminary objection and to pronounce on whether the applicant should have proceeded by way of Plaint with Summons under sections 17 or 83 of the Constitution. »