Développement dans les allégations de corruption lors de l’octroi de prêts bancaires. Après l’Independent Commission Against Corruption avec sa descente des lieux sur Judge’s Order au QG de l’Afrasia Bank, le Central CID est passé à l’action ce matin en convoquant un ancien membre du Top Management de cette banque pour interrogatoire Under Caution dans cette sinistre affaire de commissions alléguées de 20 % à être versées à des préposés.
Depuis ce matin, un dénommé Beelall Bahemia, ancien manager d’Afrasia Bank, et qui est aujourd’hui installé à son propre compte, est interrogé sous avertissement par des limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi. Il est confronté à des allégations portées par un homme d’affaires et client de la banque, à l’effet que celui-ci aurait perdu des placements de Rs 30 millions suite à un mauvais jugement. Dans les milieux bancaires, on conteste les allégations de Ponzi colportées.
À la mi-journée, aucune indication n’avait transpiré quant à la teneur de la ligne d’interrogatoire de Beelall Bahemia ou encore des conséquences de cet exercice mené par le sergent Dagga du Central CID.
Du côté de l’ICAC, les documents saisis lors de l’opération de lundi dernier sont actuellement à l’étude avec des sources indiquant que des enregistrements des échanges entre protagonistes dans les commissions de Rs 5 millions sur chaque tranche de prêt de Rs 25 millions de même que des instructions par courrier devront permettre d’accélérer cette enquête sous l’article 16 de la Prevention of Corruption Act sur les opérations bancaires d’Afrasia.