En marge du coup d’envoi des débats sur le budget 2016/17, présenté demain à l’Assemblée nationale par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, se déroulera une conférence internationale dans la lutte contre la fraude et la corruption. En effet, le Premier ministre procédera, mardi prochain, à l’inauguration d’un Global Small Island Developing States (SIDS) Summit sous l’égide des Nations unies avec le ministère de la Bonne Governance comme organisateur. Pas moins de 25 délégations étrangères, principalement représentant des petits états insulaires, participeront à ces délibérations jusqu’à la fin de la semaine. Par ailleurs, des consultations entre les membres du National Committee on Good Governance, présidé par Arnaud Lagesse, et le ministère de la Bonne Gouvernance ont atteint un stade avancé en vue de publier un nouveau code sur la bonne gouvernance avec l’accent sur un manuel régissant les State-Owned Enterprises (SOEs) pour les rendre davantage transparentes.
Le second Global SIDS Conference on Anti-Corruption Reform, qui se tiendra à l’hôtel Intercontinental à compter de mardi prochain, devra permettre au gouvernement de dresser un bilan des actions prises sur le front de la lutte contre la fraude et la corruption, et de baliser les avenues en vue de renforcer les institutions et le cadre légal. Ainsi, pour l’une de ses premières sorties officielles après sa déposition devant la Commission sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, le nouveau directeur général de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), Navin Beekarry, interviendra avec un discours de bienvenue aux délégués avant la Key Note Address lors de la cérémonie d’ouverture du ministre Bhadain.
Une autre institution en première ligne de la lutte contre la fraude, notamment la Financial Intelligence Unit (FIU), sera également mise à contribution lors de cette conférence, dont le thème majeur sera  “Prevention of Corruption in the Public Procurement Process”. Les discussions seront axées sur les moyens en vue d’identifier les « strengths and weaknesses in the public procurement process, and disseminate international best practices that are being adopted in public procurement ».
Au vu de la St Petersburg Resolution adoptée en novembre de l’année dernière et faisant de Maurice une « dedicated platform for anti-corruption reforms for small island developing states for the purpose of research and the sharing of best practices specific to small island developing States », la contribution de la partie mauricienne devrait s’avérer déterminante lors de ce deuxième Global Small Island Developing States (SIDS) Summit.