Adel Langue, (à g.) ici aux prises avec l’Angolais Carlos Carmon, n’a pu empêcher la défaite des siens

Après un bon début de tournoi, le Club M a connu hier son premier revers à la Cosafa Cup. C’était contre l’Angola (0-1), au Old Peter Mokaba Stadium, dans le cadre de la deuxième journée du groupe B, qui a vu le Botswana et le Malawi se séparer sur un score de parité (1-1).

Le compte rendu livré par le service de la Cosafa parle de peu d’occasions de marquer et de maladresse dans le jeu du Club M. Pourtant, la bonne entame de compétition aurait dû, et pu,  laisser entrevoir une meilleure suite. Mais les Mauriciens se sont eux-mêmes tiré une balle dans le pied avec un but contre son camp d’Emmanuel Vincent-Jean peu après l’heure de jeu.

Francesco Filho, le sélectionneur brésilien du Club M, ne cachait pas son état d’âme. « Nous n’avons pas très bien abordé la rencontre. Cette défaite relance le suspense dans le groupe. » Du côté des Palancras Negras, l’heure est plutôt à l’espoir, après cette victoire inespérée. « Les joueurs ont très bien travaillé. Mais nous devons encore fournir des efforts pour espérer se qualifier », laisse-t-on entendre du côté du staff technique angolais.
Dans le même temps, le Malawi et le Botswana se quittaient sur un score de parité (1-1), synonyme d’élimination pour les Malawites. Ce sont pourtant ces derniers qui ont ouvert la marque dès la sixième minute, avant de se faire surprendre 80 minutes plus tard. Ce but maintient les Botswanais en tête du classement du groupe B, mais renvoie les Flames à leurs études.

La prochaine journée de la poule B se tiendra vendredi. Le Club M possède une chance de se qualifier. Il faut pour cela vaincre le Botswana et espérer une défaite de l’Angola contre le Malawi. Tout est toutefois encore possible dans le groupe A, où Madagascar dispute aujourd’hui le ticket des quarts de finale aux Comores, alors que les Seychelles tentent de surprendre le Mozambique.