Au lendemain de l’élimination du Baby Club M de la COSAFA Cup des moins de 17 ans, l’entraîneur Michael Mootoosamy veut voir les choses différemment. S’il se dit un peu déçu, il croit cependant que le groupe est promis à un bel avenir, tout en espérant que les joueurs pourront bientôt se mesurer à d’autres équipes.
Dans la pratique, son voeu sera bientôt exaucé. Le Baby Club M affrontera ce dimanche la sélection angolaise dans le cadre des éliminatoires de la CAN U17. Un match crucial pour le groupe, qui veut encore croire en ses chances. « Nous voulons faire un bon match et par ricochet un bon résultat. Ensuite, nous irons à Luanda en étant plus détendus. »
D’autant que la CAN U17 sera, avec la COSAFA Cup, le point d’orgue de cette sélection. Le groupe, qui a poursuivi son stage résidentiel au siège de la Mauritius Football Association (MFA), à Trianon, sera sensiblement le même. « En fait, je reprends 80% de l’effectif qui a disputé la COSAFA Cup », soulignait l’entraîneur après la dernière sortie mauricienne, contre l’Afrique du Sud.
Abordant ce volet, l’entraîneur de la sélection U17 se dira satisfait de la prestation des joueurs. « Il y a des motifs de satisfaction. » Lesquels ? « Le fait qu’ils aient évolué en groupe alors qu’ils n’avaient pas joué ensemble auparavant. » Mais encore ? Le comportement des joueurs est un autre fait majeur. « Ils ont compris l’enjeu. Ils ont fait le nécessaire. »
Pourtant, la sélection U17 a renoué avec la compétition officielle après près de 10 ans d’absence de la scène internationale. « Nous avons joué quelques compétitions interîles. Mais nous n’étions pas présents en Afrique. C’est ce qui a joué contre nous. »
Et surtout face à des équipes mieux préparées, le Baby Club M n’a pas eu les coudées franches. On l’a vu contre la Namibie, les choses ne se sont pas passées comme prévu. « La seule chose que nous puissions reprocher à cette équipe, c’est le manque d’expérience. » En effet, alors qu’ils se sont retrouvés en surnombre, les Mauriciens n’ont pas su réagir en fonction. « Il leur a manqué ce genre expérience. »
Ensuite, le bilan du Baby Club M n’est pas très flatteur : cinq buts pris contre seulement deux marqués. Une situation que le sélectionneur ne s’explique pas. Mais c’est bien le premier match qui lui reste en travers de la gorge. Une première sortie, couplée à une défaite (3-1) contre les Namibiens, futurs vainqueurs de la compétition. « C’était le match à ne pas rater pour nous. Nous sommes bien revenus dans la rencontre, mais nous nous sommes nous-mêmes exposés aux attaques namibiennes. »
Par contre, la victoire face aux Seychelles a donné un peu de baume au coeur, avant que les Sud-Africains ne brisent définitivement les rêves mauriciens. « Les joueurs ont donné le maximum pendant cette compétition. Certes, les résultats ne sont pas ceux que l’on attendait. Mais c’est un groupe d’avenir. Il leur faudra un bon encadrement et d’autres sorties comme celle-là pour qu’ils progressent », conclut Michael Mootoosamy.