Dacom est une entreprise qui fabrique des produits d’accueil destinés à l’hôtellerie. Les produits d’accueil regroupent les gels douche, le shampoing, l’après-shampoing et le lait corporel. Dacom s’est positionnée comme leader dans ce secteur, occupant actuellement quelque 80% du marché hôtelier à Maurice.

Et quelques mois, sous la houlette de la nouvelle CEO, Karen Davidsen-Croes, l’entreprise Dacom amorce un tournant avec une stratégie « verte », suivant l’obtention de la tant convoitée certification internationale Ecocert qui garantit l’utilisation de produits naturels, sans OGM, produits cancérigènes, triclosan, nanomatériaux et colorant synthétique. Une fierté pour Karen Davidsen-Croes, qui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

La certification Ecocert est déjà utilisée dans certains hôtels, dont l’un dans le Sud du pays. Comme Dacom est le principal fournisseur de produits d’accueil dans le secteur hôtelier mauricien, cette certification pourra par la suite être adoptée par tous les hôtels qui souhaitent offrir des produits de qualité à leurs clients. Dacom propose actuellement ses produits à des groupes comme Lux, Beachcomber, Sun et Attitude, ainsi que d’autres établissements ne faisant pas partie des chaînes hôtelières.

« Après de longs mois de travail en termes de recherche et développement, nos produits ont reçu la certification Cosmos délivrée par Ecocert l’année dernière et ces produits sont déjà arrivés en chambre. C’est une fierté pour nous de pouvoir offrir une telle certification dans le secteur hôtelier. C’est un gage de haute qualité, avec des produits naturels, qui ne sont pas cancérigènes et qui ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens », explique Karen Davidsen-Croes. Dacom a voulu absolument décrocher cette certification afin de participer à sa manière à la protection de l’environnement et de la santé des humains. « On n’a pas été vers Ecocert par pur plaisir. Cela nous a demandé de gros efforts financiers et logistiques. Cela est contraignant sur le plan opérationnel, mais nous tenons à offrir des produits de très haute qualité », poursuit la CEO.

C’est son partenaire, Mauritius Cosmetics Ltd, qui fabrique ses produits, selon les formules présentées par la cosmétologue de Dacom, Laura Bellet. Les produits proposés par Dacom comprennent d’abord les produits liquides (shampoing, après-shampoing, gel douche et lait corporel) et les produits secs (pantoufles, brosse à dents, rasoir, peigne, set de toilette, luffa, coton, set de couture, bonnet de douche), sans oublier les savonnettes.

Tous ces produits sont personnalisables par les hôtels, au niveau des contenants et des parfums notamment. Si les contenants sont importés d’Asie, les produits eux-mêmes sont fabriqués presque à 100% par Mauritius Cosmetics Ltd. « Vous n’imaginez pas le niveau de compétence de cette entreprise, qui est notre partenaire, elle est désormais la seule entreprise fabriquant des produits certifiés Ecocert à Maurice. Nous avons à Maurice un niveau de compétence technologique incroyable. Les entreprises locales ont du talent, il faut cesser de croire que ce qu’elles font ne sont pas d’un bon niveau », soutient Karen Davidsen-Croes concernant Mauritius Cosmetics Ltd. Les produits « secs » représentent également une importante partie du business de l’entreprise. À titre d’exemple, en 2018, Dacom a vendu pas moins de 100 000 brosses à dents.

Désormais, forte de son expérience et sous l’impulsion de sa nouvelle CEO, Dacom se tourne vers des produits verts. « Nous nous tournons graduellement vers des produits bons pour l’écologie et bons pour la santé. Et aussi nous ne voulons plus jeter du plastique dans la nature. Outre notre certification Ecocert donc pour garantir des ingrédients naturels dans nos produits liquides, nous avons mis en place un système pour récupérer les bouteilles et tubes vides chez nos clients, en vue de réutiliser les contenants et éviter ainsi de les jeter dans la nature. »

Autre projet sur lequel travaille Dacom : fournir la clientèle locale. « Comme nous fournissons déjà l’hôtellerie, nous aimerions mettre nos produits à la disposition des Mauriciens. J’aimerais que les Mauriciens puissent avoir des produits de qualité à des prix abordables », fait valoir Karen Davidsen-Croes. Le problème à Maurice, selon elle, c’est qu’il n’y a pas d’autorité qui réglemente les produits qui sont tolérés dans les produits cosmétiques, comme c’est le cas par exemple à La Réunion où les douanes vérifient tous les produits cosmétiques qui entrent sur le territoire. « Nous exportons vers La Réunion, dans les hôtels Lux notamment, et pour cela, nous sommes tenus de respecter les normes européennes qui sont strictes. À Maurice, il faudrait également qu’une autorité puisse vérifier la liste des ingrédients des produits cosmétiques qui sont fabriqués localement ou qui entrent sur le territoire. Il y va de notre santé à tous. À l’étranger, plusieurs produits à l’instar du triclosan ont été interdits. Le triclosan a même été banni en Chine, c’est vous dire… Ici il n’y a aucun contrôle sur les produits fabriqués et importés, et c’est pour cela que je conseille vivement aux consommateurs de bien s’informer avant d’acheter n’importe quoi », explique-t-elle.

Laura Bellet, la cosmétologue travaillant chez Dacom, met elle aussi l’accent sur la nécessité de concevoir des produits non-nocifs pour la santé. « Comme il n’y a pas de réglementation à Maurice, nous suivons la réglementation européenne qui est la plus stricte au monde », dit-elle. D’autre part, concernant le label Ecocert, Dacom est auditée régulièrement. Laura Bellet met l’accent sur la traçabilité totale également, que ce soit sur le produit, sur les formules, les ingrédients et les contenants qui sont réutilisés. Notons enfin qu’outre La Réunion, les produits de Dacom sont exportés vers les îles où les groupes hôteliers mauriciens opèrent des établissements hôteliers, c’est-à-dire les Maldives, Seychelles et Madagascar.