Sucrivoire, société agro-industrielle ivoirienne, fera son entrée sur le marché de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Une décision qui intervient dans le sillage de la décision du gouvernement ivoirien de céder sa part (23%) dans le capital de la société. Le groupe mauricien Terra est également actionnaire de Sucrivoire à hauteur de 25,5%.
Réuni en conseil des ministres cette semaine à Abidjan, le gouvernement ivoirien a annoncé avoir approuvé la cession en Bourse de la participation de l’État dans Sucrivoire. Le décret adopté à cet effet indique qu’il y aura cession au public de la totalité des 563 500 actions, représentant 23% du capital social de la société, que détient l’État. Cette vente, indique-t-on, dans les milieux officiels ivoiriens, intervient « conformément au programme de privatisation et à la politique de promotion de l’actionnariat populaire ». Les autorités d’Abidjan ont accéléré ces dernières années le désengagement de l’État de certains secteurs de l’économie nationale. Le gouvernement ivoirien a procédé à la cession des participations publiques principalement dans les secteurs bancaire et agro-industriel.
Filiale du conglomérat agro-industriel Sifca, Sucrivoire est un des deux principaux producteurs de sucre en Côte d’Ivoire avec Sucaf Côte d’Ivoire, filiale du français Somdiaa. Sucrivoire exploite plus de 11 000 hectares à Zuénoula (centre-ouest) et à Boroutou (nord-ouest). Employant environ 7 400 personnes, dont environ 650 permanents, Sucrivoire réalise une production annuelle moyenne de l’ordre de 95 000 tonnes de sucre. En 2014, la filiale de Sifca avait produit 92 000 tonnes de sucre, pour un chiffre d’affaires d’environ 75 millions d’euros. Vers fin 2011, Sucrivoire s’était lancée dans un vaste programme de modernisation de ses usines, de valorisation des sous-produits et de diversification de ses activités. Par ailleurs, on annonce à Abidjan qu’en sus de la cession en Bourse de sa participation dans Sucrivoire, le gouvernement ivoirien a également lancé celle de ses actions dans la Société ivoirienne de Banque.