Le mécanicien (en rouge) indiquant aux enquêteurs ses faits et gestes le jour du drame

L’enquête sur le décès de Seewajee Bhikoo, 52 ans, tué d’une balle à la tête, avec l’arme du policier en service devant la demeure du haut-commissaire indien à Floréal, le dimanche 1er septembre, a pris une nouvelle tournure. Un nouveau témoin a apporté de nouvelles précisions à l’enquête.

Il s’agit d’un mécanicien d’une trentaine d’années qui s’est rendu à la police hier, mardi 3 septembre.

Le témoin a été interrogé par les enquêteurs aux Casernes centrales avant d’être emmené sur les lieux du drame pour une reconstitution des faits. Il a été par la suite autorisé à regagner son domicile.

S’agissant du constable Jevin Ramah, le principal suspect dans cette affaire, une accusation provisoire d’assassinat a été logée contre lui le lundi 2 septembre. Son interrogatoire s’est ensuite poursuivi le jour suivant, où il a été confronté aux nouveaux éléments de l’enquête. Il a ensuite été reconduit en détention.

À savoir que des résidus de poudre ont été décelés sur la main droite du constable. La MCIT poursuit son enquête.

Lire la version des faits du témoin dans Le Mauricien du 4 septembre.