Trouvé coupable par les membres du jury d’avoir brûlé vive sa compagne Santee Okhil en 2008, Sanjay Luchmun a été condamné ce matin par la Cour d’assises à 35 ans de prison. Il avait plaidé non-coupable d’une charge de “manslaughter”. Son homme de loi, Me Rama Valayden, a signifié son intention de faire appel.
En prononçant la sentence, le juge Benjamin Marie Joseph dit avoir pris en considération la gravité du délit commis sur une mère ayant des enfants en bas âge. « This offence is a serious one as it involved taking away the life of a person. The manner in which it was committed, the court needs to give a punishment that would send the right signal. Accused was driven by a sudden uncontrolled madness but quickly realised the gravity of his action and tried to save the victim », a soutenu le juge Benjamin Marie Joseph. Il lui a ainsi infligé une sentence de 35 ans de prison. Mardi, à une majorité de huit contre un, les membres du jury ont conclu que le receveur de 41 ans avait, en 2008, brûlé vive sa compagne âgée de 38 ans.
Le procès de Sanjay Luchmun a débuté devant les Assises le 11 mai. Il avait plaidé non coupable à une charge de manslaughter, et un panel de jurés, composé de sept hommes et deux femmes, avait été constitué pour juger ce procès. Durant ces deux semaines, une quinzaine de témoins ont été entendus. Le témoin clé de cette affaire, le fils de la victime, avait déclaré en Cour que c’est Sanjay Luchmun qui avait mis le feu à sa mère. « Li’nn zet lalkol lor mo mama. Li’nn pran papye dan tirwar lakwizinn, li’nn alim papye-la ek inn zet lor li », avait soutenu Sandeep Gones, qui est atteint de trisomie 21. Lors de sa plaidoirie, Me Rama Valayden devait demander aux jurés de ne pas prendre en considération ce témoignage compte tenu de son état de santé. Après deux heures de délibération mardi, les jurés ont été convaincus de la culpabilité de Sanjay Luchmun.