Michel de Ravel de L’Argentière, reconnu coupable de pédophilie en Cour intermédiaire le 28 août dernier, sera fixé sur son sort le 21 mars prochain.

L’homme d’affaires de 58 ans, reconnu coupable sous 21 charges d’attentat à la pudeur en Cour intermédiaire, souffre d’une tumeur cérébrale et aurait peu de chances de survivre, comme l’avait constaté un neurologue lors de son audition en cour. Selon le médecin, l’accusé aurait 8% d’espérance de vie pour les prochains 24 mois. De ce fait, Me Gavin Glover, Senior Counsel, avocat de l’accusé, a demandé à la cour de considérer l’état de santé de son client avant de prononcer la sentence à être imposée.

La poursuite, représentée par Me Roshan Santokhee, a demandé à la cour de considérer le tort commis par Michel de Ravel de l’Argentière à ses victimes, toujours affectées par ses actes odieux. La cour rendra son verdict le 21 mars. L’homme d’affaires avait été inculpé pour attentat à la pudeur sur des fillettes, dont la plus jeune avait alors 4 ans.

Pour certaines victimes, les attouchements ont été perpétrés à plusieurs reprises. Les victimes affirment avoir subi des attouchements alors qu’elles étaient âgées de 4 à 12 ans. Ces dernières sont les enfants des amis de Michel de Ravel de L’Argentière, qui venaient passer le week-end chez lui, à Tamarin. Les attouchements ont duré pendant une longue période, soit de 1990 à 2001.