Le Sud-Africain Eddie Van Heerden et l’Australienne Emma Jeffcoat, tous deux âgés de 20 ans, ont inscrit leurs noms au palmarès de l’étape mauricienne de Coupe d’Afrique de sprint disputée hier au Morne. Le premier a privé le Tchèque Tomas Svoboda d’une deuxième victoire d’affilée en s’imposant en 57’14 et la seconde en dominant la Sud-Africaine et vice-championne d’Afrique Mari Rabie en 1h05’04, alors que la Mauricienne Fabienne St Louis a fini 4e, reléguant la tenante du titre, l’Australienne Sarah Lester, à la 5e place.
Les temps des vainqueurs 2015 sont légèrement moins rapides que ceux des tenants, Svoboda ayant été crédité de 57’03 et Lester de 1h04’55 l’an dernier sur ce parcours très rapide long de 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied. Rien n’était donc gagné d’avance, comme nous l’avouait hier Eddie Van Heerden, 2e au classement élite hommes et 2e en U23 le mois dernier aux Championnats d’Afrique à Sharm El Sheik en Égypte, après la course à couper le souffle.
« Avec Basson Engelberch, nous étions deux Sud-Africains à pouvoir résister jusqu’au bout à Tomas, surtout dans la partie de course à pied où nous avions durci le rythme. Oui, c’était un gros challenge pour moi, car il m’avait battu l’an dernier, me reléguant à la 3e place (57’40). Je savais que je devais fournir cette fois plus d’efforts en vélo. Mais je suis venu sans savoir vraiment ce qui se préparait. Mais je m’attendais à terminer parmi les meilleurs ».
Mais le Sud-Africain qui portait le dossard n°1 a fait mieux en terminant en pole position. Avec Engelbercht, ainsi que de l’Australien Nick Mc Guire et le Tchèque, ils seront quarte à émerger de l’étape de natation pour se ruer sans se retourner vers le parc de transition pour enchaîner le parcours vélo. Les Sud-Africains Weber et Johnson, le Namibien Coetzee, ainsi que l’Australien Johnson et le junior mauricien Grégory Ernest étaient déjà lâchés.
Le quatuor de tête survola le parcours vélo pour entamer à quelques secondes d’écart l’étape décisive de course à pied. Lancé à fond aux trousses de Van Heerden, Svoboda donna pourtant l’impression de pouvoir s’accrocher, voire de le rattraper pour éventuellement faire la différence au finish. Mais c’était sans compter avec un dernier coup d’accélération fatidique que porta le Sud-Africain sur la seconde boucle. L’Australien Nick Mc Guire ayant déjà abdiqué et Engelbercht limitant les dégâts en 3e position, Van Heerden ne pouvait que s’envoler seul cueillir le titre.
« J’ai cru pendant un moment que Tomas allait me rattraper, mais je l’ai attaqué déjà dans la dernière boucle de vélo pour justement rendre moins difficile l’étape finale. Mais ce n’était pas facile pour autant, même si mentalement je menais. Il fallait gérer ce mince écart. Je suis vraiment content d’avoir gagné, surtout en vue de ma prochaine course prévue la semaine prochaine l’étape de Coupe du monde au Mexique à Huatulco. C’est réellement une bonne mise en jambes », pouvait s’exclamer Eddie Van Heerden.
Bon perdant, le Tchèque, 30 ans, ne peut que s’incliner devant l’évidence. « Il était fort impressionnant car il a bien progressé en natation et en course à pied. Mais c’est ma première course après un mois de préparation focalisé sur les Jeux européens prévus à Bakou en Azerbaïdjan la semaine prochaine. C’est donc une bonne course d’échauffement. Mais c’était un véritable sprint du début à la fin. J’en suis très satisfait », sourit Tomas Svoboda.
Pas déçu, il estime qu’il va encore progresser cette année en vue des JO 2016 pour lesquels son frère jumeau, en l’occurrence le champion olympique de pentathlon moderne, et lui se sont promis de tout faire pour se qualifier, « moi en triathlon et lui au pentathlon. C’est notre rêve d’être ensemble à Rio. Une fois aux JO, mon but sera de terminer dans le top 10. J’en serai très satisfait ».
Alors que l’arrivée de la course masculine se jouait, le duel opposant Emma Jeffcoat à Mari Rabie venait tout juste de commencer. Les deux farouches adversaires ne se sont jamais quittées, distançant toutes les autres dès la sortie de l’eau. Il a fallu attendre l’étape décisive pour les départager. « C’était vraiment chaud. Le vent nous a un peu gênées en vélo, mais j’ai trouvé le paysage magnifique, même si je n’ai pas eu vraiment l’occasion d’admirer. J’ai attendu la course à pied pour me détacher et gagner », dira l’Australienne avec modestie.
« Il fallait passer devant et quand c’était fait à la fin de la première boucle, je n’y croyais toujours pas », se réjouit Jeffcoat, dont c’était la première victoire cette année. Cela fait un an qu’elle est arrivée sur le circuit international.
Quatrième à l’arrivée, la Mauricienne Fabienne St Louis estime qu’elle a quand même atteint son objectif qui est de récolter des points pour améliorer son classement mondial ITU en vue de la qualification olympique. « J’étais démoralisée à la sortie de l’eau. J’étais avec les autres jusqu’à la première bouée. Puis j’ai lâché d’un coup. Après c’était dur de continuer seule. J’ai rattrapé par contre Vermass (Af Sud) en vélo, après j’ai vraiment tout donné en course à pied », indique-t-elle.
Elle rentrera à Paris mercredi pour se préparer à ses deux nouvelles courses prévues samedi et dimanche à La Rochelle.