Trois médailles d’or et une d’argent : les tireurs mauriciens ont carrément crevé l’écran au cours de la 21e édition de la Coupe du Monde de kick-boxing. À Szeged en Hongrie hier après-midi, William Bouton, Fabrice Bauluck et James Agathe se sont retrouvés sur la plus haute marche du podium, tandis que Burtlan Simiss a décroché l’argent à l’issue d’une finale 100% mauricienne face à Fabrice Bauluck. Il était donc impossible d’aspirer à mieux pour ce feu d’artifice.
Du côté de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA), la joie est immense. « Ce n’est que du bonheur. Tous ces résultats prouvent que la longue préparation a été minutieuse. Nous récoltons aujourd’hui les fruits de notre dévouement et je ne peux que saluer le travail accompli par l’entraîneur national, Judex Jeannot, et tout son staff technique », se réjouit Isabelle Jeannot, présidente de la fédération.
En poste depuis février dernier, elle s’attend que les performances soient tout aussi brillantes lors des championnats du monde prévus en Serbie en octobre prochain. « Avec ces succès, nous partons avec un avantage psychologique sur nos adversaires. Ce sera donc une autre étape et il s’agira de continuer sur cette lancée avec le support de tout un chacun ».
Cette remarquable performance d’ensemble s’avère donc un camouflet pour ceux qui ont voulu mettre les bâtons dans les roues de la délégation avant son départ pour la Hongrie, notamment avec ce billet d’avion refusé à l’assistant-entraîneur, Patrick Mignonne. Si ce dernier était resté à quai, on se demande bien comment Judex Jeannot aurait pu coacher les deux tireurs qui étaient en opposition lors de la finale des -54 kg. Une finale remportée au bout du compte par Fabrice Bauluck, qui efface ainsi son échec de la dernière édition et qui décroche son troisième titre dans cette compétition après 2012 et 2013.
Lors des demi-finales disputées samedi dernier, le champion du monde en exercice avait pris la mesure du Moldave Mirhuseyn Ghachayev à l’unanimité des juges. De son côté, Burtlan Simiss, qui évoluait dans une catégorie supérieure, avait disposé aux points de l’Ukrainien Artem Skolochenko. Tout comme lors de la dernière édition, il devra se contenter de la deuxième marche du podium.
Quant à James Agathe, il continue de régner en maître dans la catégorie -81 kg. Un quatrième titre, après ceux acquis en 2010, 2011 et l’année dernière pour le champion du monde en exercice, qui avait été tiré directement en demi-finales. À ce stade de la compétition, il avait repoussé le challenge de l’Ukrainien Vladyslav Fostenko, avant de s’imposer en finale face au Serbe Nikola Stosic. Une douce revanche pour James Agathe, qui s’était incliné face à cet adversaire en quarts de finale voilà deux ans.
De son côté, William Bouton, engagé dans la catégorie -54 kg chez les juniors, affrontait en finale le Hongrois Larion Nagy. Un pari difficile du fait que ce dernier évoluait devant son public. Reste que le jeune tireur mauricien effaçait de brillante manière sa désillusion des derniers championnats du monde juniors en faisant la différence aux points.
Alors que la délégation est attendue au pays demain matin, les projecteurs sont déjà braqués sur un tournoi international prévu à Maurice en juillet prochain et qui regroupera les tireurs malgaches, réunionnais et sud-africains.