Cette période, qui est d’habitude plutôt calme en ce qu’il s’agit de paris sur le football, est exceptionnellement très agitée avec la tenue de la Coupe du monde au Brésil. La communauté des parieurs s’active tous les jours pour chercher à rentabiliser cet événement sportif. Avec la multitude de paris que leur offrent les compagnies de betting, ils ont l’embarras du choix.
Allez faire un tour dans une betting shop en fin d’après-midi et vous verrez qu’elles sont remplies. Les chiffres d’affaires devraient prendre l’ascenseur, alors qu’habituellement, à cette période de l’année, seuls des matchs de quelques championnats inférieurs sont proposés aux parieurs et que les principales ligues européennes, très prisées, ont pris fin. “La Coupe du monde me permettra d’arrondir mes fins de mois”, confie un parieur, vraisemblablement optimiste. “D’habitude, au cours de cette période, je suis obligé de parier sur des équipes qui me sont inconnues. Cette année, je m’en sortirai mieux puisque je connais plus ou moins les équipes et leur façon de jouer.”
Il faut dire que la majorité des bookmakers ont mis le paquet pour attirer les parieurs. Hormis les paris simples du Win, qui consistent à désigner le vainqueur d’un match, une multitude d’autres paris s’offre aux amateurs. À commencer par les équipes qui atteindront les huitièmes de finale, les quarts de finale, les demi-finales et la finale. On peut également désigner le vainqueur de chaque groupe ou les deux premiers de chaque groupe, dans l’ordre ou dans le désordre, ou encore trouver le gagnant de groupe qui gagnera la Coupe du monde.
On peut aussi miser sur les deux équipes qui atteindront la finale. Là, les cotes sont très intéressantes : une finale Argentine-Brésil est offerte à Rs 800 pour une mise de Rs 100, Italie-France est vendue à Rs 4,000 et Allemagne-Hollande affiche Rs 2,000.