Les slameurs mauriciens proposent une grande soirée de slam et de musique ce vendredi 24 mai à 20 h à l’Institut Français de Maurice pour faire claquer les mots en prévision de la Coupe du monde de slam qu’organisent les slameurs français dans le cadre du Grand Slam National, à Paris du 3 au 9 juin. Si la liberté d’expression et les principes d’égalité sont les valeurs fondamentales du slam telles que son inventeur américain Marc Smith l’a conçu dans les années 80, celle de solidarité devrait s’y ajouter au cours de cette soirée qui vise à soutenir “L’Amant Poétique” — Damien Edouard dans la vie ordinaire — qui portera haut les couleurs de Maurice à ce rassemblement international.
Aller à la grande soirée de musique et de slam vendredi soir à l’IFM, c’est faire acte de solidarité avec L’Amant Poétique, ce Mauricien qui va concourir pour les finales de la Coupe du monde de slam qui se tiennent à Paris du 3 au 9 juin prochain, dans le cadre du Grand Slam National. Bien sûr son billet d’avion est réservé, bien sûr notre homme est présenté sur le site internet du Grand Slam National, mais il a besoin d’une aide complémentaire à celle de l’IFM pour assurer les dépenses de ce séjour, tant pour son billet d’avion que pour son hébergement.
Le Collectif Slam, Mic et Cris et Griots se sont donc tous rassemblés derrière lui pour un grand concert de levée de fonds qui se tient ce vendredi à l’Institut Français de Maurice, à Rose-Hill à 20 h. Les slameurs seront bien sûr en première ligne pour cette soirée exceptionnelle, ainsi que des musiciens et des chanteurs. La soirée sera animée car outre le roi de la fête, Damien Edouard, seront présents sur la petite scène du centre culturel : Dylan Ramsamy, le doyen du slam Massila Patten, Jason Lily, Adriens NUma le gagnant du Tournoi de la francophonie 2013, Gary Victor, Guillaume Fanio, Cécile Faro, JaWess et bien sûr Ziad Peerbux, toujours fidèle au rendez-vous !
Le cap pour notre Amant Poétique, dont le talent a été reconnu à plusieurs reprises et couronné en octobre dernier au concours national mauricien, est fixé pour le Grand Slam National de Poésie qui célèbre sa dixième année d’existence et se tient au coeur de Paris depuis trois ans. Initiateur de cet événement phare des scènes françaises, Pilote le Hot rappelle volontiers que nombre de slameurs passés par ces rencontres exceptionnelles ont pu ensuite « trouver un vrai boulot » grâce à ces compétitions, signant avec des maisons de disques ou des troupes de théâtre.
Mais ce grand nom du slam français insiste surtout sur le chemin que le slam permet de faire dans la vie grâce aux valeurs qu’il véhicule, au rêve d’un monde meilleur qu’il promeut : « Le public ne se trompe donc pas, écrit-il sur le site de cette Coupe du monde de slam 2013, en sélectionnant, non seulement de fabuleux poètes, mais aussi de belles personnes qui participent de leur communauté et ont appris, scène après scène, saison après saison, quatrain après quatrain, à la représenter dignement. »
Pour l’humanité du verbe
Pour ces rencontres, L’Amant Poétique comme tous les autres concurrents doit préparer au moins six poèmes de sa création qu’il n’a pas le droit d’interpréter deux fois, sauf s’il parvient en finale. Pas de décors, pas de costume, ni de musique préenregistrée, le slameur arrive à ces rencontres sur scène avec ses mots tous nus car seule sa poésie, son sens du rythme, la poésie et la musique de la langue et la virtuosité de son interprète intéressent les jurés, et feront peut-être la différence.
Qu’il sorte vainqueur ou non de ces rencontres importe peu, l’essentiel étant d’y être présent en tant que représentant de Maurice et de pouvoir en montrer aux slameurs des nombreux pays qui se produiront pendant ces journées. Vingt-deux concurrents sont actuellement en lice, chacun ayant été sélectionné au niveau national dans son pays d’origine qu’il s’agisse de la Roumanie, la Russie, du Québec, de la Norvège, du Portugal ou de Maurice.
Notre slameur national a suscité un grand enthousiasme en octobre dernier lors des rencontres mauriciennes où le public a voté dans une confortable majorité pour lui. L’Amant Poétique a évolué au sein du collectif curepipien Rimes Alchimistes avec Fanio Guillaume et d’autres poètes mauriciens. Passionné d’athlétisme, ce jeune homme de 19 ans se cherche encore, hésite entre les études de lettres et de celles de psychologie. Seule certitude chez lui, les mots s’agencent pour être dits, clamés et scandés avec du rythme et de l’harmonie dans un souffle qui vient du coeur.
Sortir la poésie du carcan des salons bourgeois et des facs de lettres était le projet principal des fondateurs du slam. Ces objectifs ont été atteints de multiples manières depuis les premiers pas de cet art oratoire dans quelques lieux publics de la ville de Chicago. Ouvert à tous, de tous milieux et de toutes communautés, le slam est un art oratoire qui n’a d’exigence que le respect des mots, de la poésie, des idées, et de ceux qui les écoutent. Art fraternel et égalitaire, art de dialogue, le slam est aussi un miroir de la société souvent intergénérationnel. Il démontre magnifiquement comme l’ont compris les grands poètes de tous les temps que la créativité et la poésie sont tout près de nous, là au coin de la rue, dans la tête de chacun pour peu qu’on s’y colle et y prête attention. Rendez-vous vendredi pour en goûter les meilleures strophes mauriciennes.