“Ou kone, lontan dan Porlwi, isi mem dan lari St-Georges, ti ena bann gran gran lakaz an bardo… a set epok-la dans les années 60, sete bann… moniman ! Tou dimounn ti kontan ena enn lakaz bardo, ek so bann tuil lao, ena bann be vitre…
Me azordi laplipar sa bann mezon an bardo-la kan ou get zot, zot dan enn leta piteux ! parski avec levolision finn ena bann lakaz beton, finn ena bann grat-siel e tou…
E dan lapolitik le MMM osi. Ok ? Li ti kapav fer bann grandes choses dans les années 60, 70, 80, mais aujourd’hui la réalité est tout autre ! MMM finn vinn kouma sa bann vie lakaz bardo-la… ki vit finn kraze, poto inn gagn karia, pena renovasion »

Pradeep Jeeha, électron libre de la finance, expert-comptable, dans une intervention sur Radio One, lundi dernier :

« Cela ne vaut pas le coût de rénover le théâtre de Port-Louis et celui du Plaza. Cela coûte moins cher de construire un théâtre (Le Caudan Arts Centre) que de rénover les vieux bâtiments. Il y a une volonté du gouvernement de faire quelque chose pour Port-Louis (…). Ils n’ont qu’à réparer les trottoirs, mieux éclairer les rues, renforcer la sécurité »

René Leclézio, CEO du Promotion & Development du Caudan, dans une interview à l’express récemment

Quand pontes et autres potes de la finance se donnent la main, il ne reste plus qu’aux Coups de bec… de JR et autres Coups de crayon de DevenT d’en faire de même…

Quant aux nostalgiques du Ward IV, ils n’auront d’autre choix que de lire et relire encore Carl de Souza (La maison qui marchait vers le large) ou se rabattre sur le fameux poème et célèbre coup de gueule d’Edouard Maunick: Ki kote lamer…

Jacques Rivet