Le procès intenté à Nitasha Gopauloll, Vishwanee Gopauloll et Manesha Bhobun pour coups et blessures sur la personne de Maharani Gunnuck à connu son dénouement en cour de Pamplemousses vendredi dernier. La magistrate Yashumatee Gopaul a acquitté deux accusées au bénéfice du doute, jugeant que leurs versions étaient plausibles. La troisième, Nitasha Gopauloll, avait plaidé coupable et a été reconnue telle. Sa sentence sera connue ultérieurement.
Les trois accusées étaient poursuivies pour coups et blessures sur la personne de Maharani Gunnuck à Camp des Embrevades, Pamplemousses, le 24 février 2010. Selon le témoignage de cette dernière, les faits sont les suivants. La victime entrait dans sa cour quand les trois femmes se sont précipitées sur elle et lui ont asséné des coups au dos. Elles lui ont également coupé les cheveux, déchiré ses vêtements et elle a eu des égratignures au corps. C’est Nitasha Gopauloll, a-t-elle affirmé, qui tenait les ciseaux. Des policiers sont intervenus et l’ont transportée à l’hôpital pour des soins. Elle a également reçu une Form 58 au poste de police de Pamplemousses où elle a donné sa version des faits.
Les raisons du contentieux entre les quatre femmes seraient que les accusées ne voyaient pas d’un bon oeil la présence de Maharani Gunnuck dans le quartier. Selon cette dernière, les époux des accusées avaient l’habitude de lui causer des problèmes et allaient même jusqu’à endommager sa maison.
Pour sa défense, Vishwanee Gopauloll a nié avoir agressé Maharani Gunnuck, en indiquant qu’elle avait subi une opération chirurgicale récemment et qu’elle n’aurait pas été en mesure de frapper la victime. Elle a ajouté qu’elle avait appelé la police quand elle a aperçu Nitasha Gopauloll et Maharani Gunnuck se bagarrer. Si trois femmes lui avaient asséné des coups, poursuit-elle, Maharani Gunnuck aurait dû tomber, ce qui n’était pas mentionné dans sa version. Vishwanee Gopauloll a ajouté que la victime a consigné une fausse allégation contre elles parce qu’elles sont voisines et ne sont pas en bons termes.
Pour sa part, Manesha Bhobun a nié avoir agressé la victime, indiquant que cette dernière s’était munie d’une barre métallique et courait après sa fille et Nitasha Gopauloll. Elle a ajouté que sa fille était effrayée et qu’elle a dû la consoler.
Dans son jugement, la magistrate Yashumatee Gopaul a trouvé que la Form 58 de la victime concordait avec sa version dans laquelle elle indique avoir été frappée au dos. La magistrate a relevé le contentieux existant entre ces personnes et a signifié que la victime pourrait avoir impliqué Vishwanee Gopauloll et Manesha Bhobun par désir de vengeance. La magistrate a ainsi acquitté les deux femmes au bénéfice du doute. Quant à Nitasha Gopauloll, la magistrate l’a trouvée coupable vu que sa déposition en cour ne tenait pas la route ; de surcroît, elle avait plaidé coupable lors du procès. Aucune des trois femmes n’avait retenu les services d’un homme de loi.