La magistrate Yashumatee Gopaul, siégeant en Cour de district de Pamplemousses, a accordé le bénéfice du doute à Kumar Jagessur, accusé de coups et blessures sur la personne de sa nièce. La victime, a-t-elle relevé, avait à plusieurs reprises changé sa version des faits en Cour.
Kumar Jagessur avait plaidé non-coupable et n’avait pas retenu les services d’un homme de loi. La cour avait appelé le PC Angnoo à la barre pour attester que l’accusé avait été emmené au poste de police pour donner une déposition mais que ce dernier avait refusé, déclarant : « Mo finn bien konpran mo bann droits. Mo pa pou pran okenn avoka e tou seki mo pou dir, mo pou dir dan la kour Misie. Misie, mo pa pou donn okenn lanket. »
La présumée victime, appelée à la barre, a quant à elle déclaré que le 30 septembre 2011, à Bois-Mangues, son oncle l’aurait agressée sur plusieurs parties du corps, spécialement sur ses mains et sur ses pieds. Elle a déclaré que Kumar Jagessur avait l’habitude de la battre et lui aurait dit que la police ne ferait rien. Elle a soutenu que l’accusé l’avait aussi frappée sur ses parties intimes et à plusieurs reprises  sur la tête. La plaignante a déclaré que c’est sa mère qui l’avait emmenée au poste de police Plaine-des-Papayes pour consigner une déposition pour ensuite se rendre à l’hôpital pour des soins. Lorsqu’il lui a été demandé si c’est sa mère qui lui aurait demandé de mentir et de consigner une fausse déposition à l’encontre de l’accusé, elle devait répondre qu’une mère ne dirait jamais à sa fille de mentir. Elle a nié avoir fait de fausses allégations à l’encontre de son oncle.
Kumar Jagessur, pour sa défense, a déclaré qu’il habitait avec sa soeur et la fille de celle-ci, la présumée victime, pendant plus de cinq ans et qu’il se disputait souvent avec sa soeur. Selon lui, les fréquentes disputes seraient la raison pour laquelle la mère aurait demandé à sa fille de consigner de fausses déclarations contre lui.
Dans son jugement, la magistrate Gopaul a pris en considération le fait que la présumée victime a à plusieurs reprises changé sa version des faits en cour. La nièce aurait soutenu qu’elle avait été battue au niveau des mains et des pieds pour se raviser et dire que l’accusé l’avait frappée sur les parties intimes. La magistrate a aussi pris en compte le fait que Kumar Jagessur et sa soeur avaient des disputes fréquentes et qu’il était possible que la présumée victime ait consigné de fausses allégations contre le présumé agresseur à la demande de sa mère. Yashumatee Gopaul a ainsi accordé le bénéfice du doute à Kumar Jagessur.