Comme c’était prévu, la mise en opération du Metro Express se fera avec du retard tandis que les élections pourraient avoir lieu en avance sur le calendrier. Prévu à l’origine pour relier Curepipe et Port-Louis, le trajet du Metro Express fut diminué de moitié pour devenir Rose-Hill/ Port-Louis. Aux dernières nouvelles, c’est en octobre que le soft opening — avec le Premier ministre indien coupant le ruban  traditionnel en vidéo conférence — aura finalement lieu et sur une distance encoreplus courte: Rose-Hill/ Richelieu. Cette incapacité à tenir ses promesses et à réussir à cent pour cent ses projets semble être une caractéristique de ce gouvernement. Il est en train de devenir le spécialiste des coups ratés. À chaque fois que grâce à des supposés stratèges/marmitons, il monte une opération destinée à rendre populaires Pravind Jugnauth et son gouvernement et assurer leurs chances de réelection, l’opération se retourne contre eux. C’est ainsi que l’on retiendra des Jeux des Iles de l’Océan Indien, un complexe sportif flambant neuf non-utilisé, le stade de Curepipe transformé en bourbier et l’accaparement des gradins et des podiums par les proches du pouvoir, souvent aux dépens des athlètes et de leurs familles. C’est ainsi que l’on retiendra de la visite du pape, par ailleurs réussie, l’épisode de l’audience privée du Réduit et sa distribution de médailles réservée aux familles du Premier ministre et du Président de la République, en l’absence des députés de l’opposition non invités à une fonction officielle. La condamnation annoncée dans l’affaire dite de Roches-Noires s’est soldée par un non-lieu qui a rendu celui qui devait en pâtir un peu plus populaire. La dernière opération élaborée dans la kwizin s’est déjà retournée contre ceux qui l’ont montée avant même qu’elle ne soit terminée. Depuis quelques jours, on nous annonce que la fille de Nandanee Soornack fera des révélations fracassantes sur Navin Ramgoolam sur des ondes et des colonnes d’une certaine presse. Mais comment peut-on faire des révélations sur une affaire dont les Mauriciens connaissent tous les détails depuis des années? Grâce à des enquêtes, témoignages et surtout un affidavit de divorce qui donnait tous les détails de l’affaire et les noms des protagonistes. Est-ce avec ce genre de “révélations” — grassement monnayées, disent certains — que ce gouvernement pense remporter les prochaines élections?

Le MMM célèbre, ces jours, son demi-siècle d’existence, marqué par de nouvelles défections qui ont provoqué une onde de sympathie pour le parti et une condamnation sans équivoque pour les nouveaux transfuges. Défections que le leader a qualifiées, après coup, de délivrance. Selon cette logique, le MMM se serait régulièrement “délivré” au cours de son existence, à tel point qu’il y a aujourd’hui plus d’ex-militants au sein des autres partis politiques que de militants dans ce qui reste du MMM. Ceux qui écriront un jour une histoire dépassionnée de l’évolution du MMM auront à expliquer comment ce parti qui a si fortement influencé l’histoire politique du pays et qui, aux élections de 1976, a remporté seul la majorité des sièges, s’est étiolé au fil des années pour devenir une formation presque désespérément en quête d’une alliance. Une quête qui lui a fait perdre une grande partie du respect qu’il inspirait et, surtout,  le soutien des électeurs refusant les coustiks électoralistes qui ont fini par conduire le MMM, avec sa dernière alliance avec le PTr, à la défaite catastrophique de décembre 2014. Depuis quelque temps, la direction du MMM affirme que le parti ira seul aux prochaines élections, en soulignant qu’il ne le fera pas de gaieté de cœur. Il faut espérer que cette promesse sera tenue et qu’aucune alliance de la onzième heure ne sera conclue “pour sauver le pays et la démocratie.” C’est la seule manière pour le MMM de remonter la pente et de retrouver le respect des Mauriciens perdu par les stratégies électoralistes allant à l’encontre des principes idéologiques qu’il a toujours prônés. Que face à ses ex-membres passés de l’autre côté et qui sont prêts à tout — mais alors, vraiment à tout! — pour accéder ou s’agripper au pouvoir, ce qui reste du MMM retrouve une manière de faire de la politique qui avait fait rêver et vibrer au moins une génération de Mauriciens: c’est ce qu’il faut souhaiter au parti du cœur pour son anniversaire.

Jean-Claude Antoine