L’électricité a été rétablie hier peu avant 16 heures avec une fourniture à la normale dans toutes les régions de l’île. Si ce relâchement dans le secteur de l’énergie électrique a pris le pays en otage durant la mi-journée, il semblerait cependant que la coupure n’a pas eu de grosses incidences, sauf des cafouillages dans plusieurs secteurs économiques. Le déficit en communication du Central Electricity Board, décrié par de nombreux opérateurs, a alimenté les difficultés auxquelles ont fait face ces secteurs. Le corps parapublic prépare actuellement un rapport pour être soumis au gouvernement.
Selon les informations disponibles, il était aux alentours de 11 h 30 hier quand un problème est survenu sur un conduit principal de la ligne 132 reliant la station du Central Electricity Board (CEB) de St-Louis à celle de La Chaumière à St-Martin. Cette ligne aurait subi d’importants dommages dans la distribution de l’électricité avec pour origine le temps orageux sur l’île hier. À l’issue de cette panne générale, les techniciens du CEB ont été mis à rude épreuve en vue de rétablir la situation.
Selon les recoupements, il y avait une forte mobilisation sur le terrain à cette fin. Une source nous a informé hier que « nous isolons actuellement la nature du problème et nous réalimenterons petit à petit les régions ». Ainsi en début d’après-midi, soit après quelque trois heures de panne, la situation était « back to normal ». Les premières régions à être raccordées étaient l’Est, Port-Louis, Nord et le Plateau central.
Cette situation a créé bon nombre de cafouillages dans les bureaux et dans les autres secteurs économiques du pays. Roshan Seetohul, président de l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (Otam), a expliqué que « cette panne d’électricité a certes pris de court de nombreux opérateurs, dont plusieurs ont été affectés. À Ébène avec le groupe d’électrogènes, nous avons pu gérer la situation. Notre seule crainte était le nombre d’heures que cette coupure allait durer. De plus, le groupe d’électrogènes pouvait flancher à n’importe quel moment. Cette coupure aurait pu avoir des conséquences bien plus importantes. Mais heureusement après 2 / 3 heures, la situation est revenue à la normale. »
La situation était des plus délicates dans le secteur Outsourcing and Telecommunications, les opérateurs traitant directement avec l’étranger et l’aspect du décalage horaire devant être pris en considération. À ce stade cependant, il n’y a eu aucune évaluation des pertes. Roshan Seetohul soutient que les opérateurs ont connu un moment difficile. Il estime que le déficit en communication au niveau du CEB a semé quelque peu la panique parmi les opérateurs. Et d’ajouter que le corps parapublic devrait recourir à de meilleures méthodes de communication à l’avenir.
À la mi-journée hier aucune information n’a transpiré du quartier général du CEB quant aux premières indications sur ce relâchement. Chacun, au niveau de la direction, optait pour la formule la plus simple d’une fuite en se renvoyant la balle quand elle était sollicitée pour éclairer le public sur ce qui s’était réellement produit.
Selon des informations recueillies des milieux bien informés, le CEB s’active à la préparation d’un rapport à soumettre au gouvernement dans les meilleurs délais.
Par ailleurs, l’Association des consommateurs de l’île Maurice et son secrétaire général Jayen Chellum invitent les particuliers qui ont eu des appareils endommagés à l’issue de cette panne hier à prendre contact avec l’association en vue des procédures nécessaires.