Les coupures d’eau régulières provoquent la grogne dans plusieurs régions de l’île depuis quelques semaines. Upper Vallée des Prêtres, à Port-Louis, en fait partie. Les résidents de ce faubourg de la capitale, qui se disent coupés de tout, souffrent de cette situation de manière permanente. En ce moment, ils dépendent exclusivement d’un camion-citerne à bord duquel nous avons embarqué pour aller à leur rencontre.
Chaque matin, c’est le même rituel à Upper Vallée des Prêtres à Port-Louis. À 10h, les habitants sont déjà actifs dans le sentier qui leur sert d’unique passage vers la route principale. Munis de deksi et de seaux, ils attendent impatiemment le camion-citerne, qui leur fournira environ dix mille litres d’eau pendant deux heures. Tant qu’ils n’auront pas procédé au ramassage d’eau, qui fait partie de leurs occupations quotidiennes depuis qu’ils habitent la région, ils ne pourront pas s’adonner aux tâches ménagères. “Nou bizin gagn sa dilo la pou netwaye, lav linz, lav lasiet. Si arive ki kamion pa vini, tou res koumsa mem. Pa fasil viv koumsa”, déplore Kaliani Kallechurn, qui s’empresse de remplir un maximum de récipients dès que le camion se gare dans la ruelle.