La police déployée pendant des heures hier en début de soirée suite à une manifestation bloquant complètement l’une des artères très fréquentées de cette région
Depuis quatre jours, les habitants de Morcellement Raffray et les alentours seraient privés d’eau avec des camions-citernes qui « get figir pou donn dilo »
Sérieusement touchés par des coupures d’eau drastiques depuis au moins quatre jours, les habitants de Pailles, plus particulièrement ceux de Morcellement Raffray, sont descendus dans la rue en grand nombre hier en début de soirée pour manifester de manière énergique. La police régulière a même été mandée sur les lieux pour calmer la tension devenue palpable et pour rétablir la circulation après que les habitants ont tout simplement bloqué une des artères principales pour faire montre de leur colère et frustration.
« Depi kat zour nou pe gagn problem. Dilo pa pe koulé ditou dan robiné. A sak fwa ki nou fer complainte pou ki nou gagn inpé dilo, zot dir nou taler. Nou pa finn éna lot swa ki desann lor simé pou interpel bann otorité », lâche Goolam Diouman, un des habitants, visiblement agacé par cette situation devenue chaotique. « Ariv enn ler lapolis dir ki nou pou gagn dilo. Enn kamyon inn vini dan Morcellement Raffray, me la ousi zot pe gute figir pou donn dilo », poursuit-il, alors que la foule massée dans la rue commençait lentement à se disperser.
Depuis environ 17h, la police régulière de Pailles a eu fort à faire pour ramener les habitants à la raison. L’une des rues principales du morcellement, soit dans les parages de Gold Lane, a été obstruée par les habitants pendant plusieurs heures, rendant la circulation des véhicules impossible. La police a réussi tant bien que mal à calmer les esprits, mais aux alentours de 19h30 hier, plusieurs habitants exprimaient toujours leur colère dans les rues et devant le poste de police, entre autres.
« Cette situation est catastrophique. C’est insupportable. Ziska ler nou pa ankor gagn enn signe ki pou éna dilo dan nou robiné zordi. Ziska ler nou ankor pe atann ! Bé komyé letan nou pou viv sa ankor ? » se demande Goolam. D’autres habitants, visiblement plus remontés, y voient là une stratégie politique dans le cadre des élections générales dans pratiquement un mois. « Ou pou trouvé la, taler nou pou gagn inpé dilo. Enn politicien pou vinn dan Pailles, pou tap lestoma, ek pou dir ki sé gras a li ki nou pe gagn dilo dan robiné » s’insurge-t-il, tout en tenant son seau vide dans les mains.