Mamode Rasid Warsalee, un chef inspecteur de police suspendu depuis le 10 août 2010, faisait face à quatre charges de “bribery by public official”, en violation avec les articles 4(1)(a), (2) & 83 de la Prevention of Corruption Act (POCA). Toutefois, dans un jugement rendu hier, la magistrate Niroshini Ramsoondar a rayé les accusations logées contre lui. Raison invoquée : le témoin clé de cette affaire a fait faux bond à la cour à plusieurs reprises, sa version des faits n’ayant donc pu être entendue.
Mamode Rasid Warsalee, 49 ans, a été suspendu de ses fonctions depuis 2010 et a fait face à un procès en Cour intermédiaire pour une affaire de pot-de-vin. Selon les détails de l’enquête, il aurait obtenu des gratifications alors qu’il agissait dans l’exercice de ses fonctions, et ce en quatre occasions entre avril et mai 2007. C’est lors d’une opération de police, menée le 7 avril cette année-là contre des marchands ambulants qui opéraient sans permis dans la ville de Quatre-Bornes, que le délit avait été commis. Rasid Warsalee avait alors interpellé un marchand ambulant, un certain Delbar, et lui avait délivré une amende pour avoir opéré sans permis. Une enquête avait été initiée  contre le dénommé Delbar et sa marchandise avait été saisie. Toutefois, le chef inspecteur de police devait passer un accord avec le marchand, lui demandant alors de lui remettre une certaine somme d’argent toutes les semaines, promettant alors que, de son côté, il arrêterait toute enquête et le laisserait opérer. L’accusé aurait alors reçu Rs 1 500 du dénommé Elbar.
Le chef inspecteur de police, qui était représenté par Me Rama Valayden, avait cependant plaidé non coupable des charges. Toutefois, lors du procès, le principal témoin dans cette affaire, à savoir le fameux Delbar, devait briller par son absence à de nombreuses reprises, et ce alors qu’il avait été sommé de se présenter en cour et qu’il s’était même vu infliger des amendes. La poursuite avait alors décidé de poursuivre l’affaire sans son témoignage, mais Me Rama Valayden avait ensuite logé une motion réclamant que les accusations soient rayées en vue de l’absence du témoignage d’Elbar. La magistrate Niroshini Ramsoondar devait trancher en faveur de la défense en raison du manque de preuves contre l’accusé.
« The Court notes that no evidence whatsoever has been adduced by the Prosecution in support of the charges as per information. Witness Delbar who had made the complaint to the Prosecuting authority did not give any evidence under oath as regards Accused’s active and knowing participation in the offence/s charged. » La magistrate a ainsi décidé de rayer les quatre charges logées contre le chef inspecteur. « In this case there is no evidence whatsoever against Accused on the part of main witness/Mr Delbar who has on several occasions been requested to attend Court and give such evidence – which he has declined to do », est-il indiqué dans l’énoncé du jugement.