La nouvelle requête de la poursuite pour étendre le délai qui lui a été accordé afin de trouver un accord avec la cour de Rotterdam pour le nouveau témoignage du témoin de Goede n’a pas manqué de faire réagir les avocats de Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans le procès qui leur est intenté pour corruption en Cour intermédiaire dans l’affaire Boskalis. Me Saïd Toorbuth, qui défend Siddick Chady, devait loger une motion demandant l’arrêt du procès pour abus de procédures. Me Siddartha Hawoldar s’est joint à cette requête, estimant que la cour s’était déjà prononcée sur le fait qu’un nouveau renvoi ne sera pas toléré dans cette affaire.
Lors de l’appel du procès ce matin en Cour intermédiaire, l’avocat de la poursuite, Me Rishi Hurdowar, a fait comprendre que le bureau du DPP était toujours en contact avec la cour de Rotterdam mais qu’en raison de son calendrier et des dispositions à prendre pour reprendre le témoignage du témoin Antonius De Goede via visioconférence, la poursuite a demandé un délai de deux semaines pour communiquer une date. Après avoir entendu la déclaration de la poursuite, les avocats de la défense n’ont pas tardé à réagir. Me Saïd Toorbuth, qui représente Siddick Chady, a ainsi déploré le fait que jusqu’à présent, le bureau du DPP ne lui a pas fait parvenir les correspondances qu’il y a eues avec la cour de Rotterdam afin de se faire une idée des développements dans cette affaire. Il a ainsi réclamé l’arrêt du procès pour « abus de procédures ». Me Siddartha Hawoldar, qui représente les intérêts de Prakash Maunthrooa, s’est joint à cette motion. Il a rappelé par ailleurs un “ruling” de la Cour intermédiaire en 2014 concernant l’absence des témoins néerlandais, où il avait été précisé qu’un nouveau renvoi ne serait plus toléré. « There has been 3 years of abuse of the process of the court. Rotterdam is a subterfuge as the prosecution has the duty to bring the witnesses to court. The court has been since 2013 been taken in a never-ending ride», a-t-il soutenu.
Me Rishi Hurdowar devait répondre quant à lui que le témoin néerlandais avait eu l’occasion d’être interrogé par la défense mais qu’il y avait eu des tactiques dilatoires « tending to kill the prosecution case ». Après avoir entendu les arguments des différentes parties, la magistrate Wendy Rangan a ajourné l’affaire au 29 août, date à laquelle la poursuite devra fournir une date pour le prochain témoignage du cadre de Boskalis. Le cas échéant, la motion d’arrêt du procès sera entendue.
Pour rappel, l’ancien Chairman de la Mauritius Ports Authority (MPA), Siddick Chady, et l’ex-directeur général de cette institution, Prakash Maunthrooa, actuellement Senior Advisor au Prime Minister’s Office, sont poursuivis en Cour intermédiaire dans une affaire de pots-de-vin pour l’allocation d’un contrat à la firme Boskalis International pour le dragage du Canal Anglais dans le port en 2006.