Source photo : internet

Shirish Hilme Rummun, ancien athlète médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien, qui a représenté Maurice à plusieurs reprises lors d’événements internationaux, a saisi la Cour suprême pour demander réparation après avoir été privé de l’usage du cannabis médical à Maurice. Il souhaite que la cour déclare que les dispositions de la loi sous la Dangerous Drugs Act concernant le cannabis pour usage médical soient jugées « inconstitutionnelles » et en violation de ses droits régis sous la Constitution pour notamment la liberté de suivre le traitement de son choix.

Dans sa plainte constitutionnelle, rédigée par l’avoué Ranjendra Appa Jala, Shirish Rummun déclare qu’il a été diagnostiqué d’un cancer du sein depuis décembre 2018. Après des traitements pour enlever la tumeur, les médecins lui avaient indiqué qu’il devait faire une mastectomie suivie de chimiothérapie. Selon le plaignant, ces traitements conventionnels ne sont pas efficaces pour guérir de la maladie, ajoutant avoir été témoin des difficultés par lesquelles sa mère est passée avant de rendre l’âme en novembre 2013, « après avoir suivi ces traitements en raison d’un cancer du sein ».
Le plaignant avait alors suivi des traitements ayurvédique et homéopathique en Inde. Après avoir fait des recherches et pris conseil des médecins étrangers, Shirish Rummun décide de suivre des traitements à base de cannabis médical en Afrique du Sud, en mars et en avril 2019, du fait que l’utilisation du cannabis médical est interdite à Maurice. Il dit avoir écrit au Permanent Secretary du ministère de la Santé pour avoir l’autorisation d’importer du cannabis médical ou de cultiver des plantes de cannabis afin de pouvoir extraire du cannabinoïde pour usage médical et à ses fins personnelles. Il avait toutefois été informé dans une lettre, datée du 23 septembre du ministère de la Santé que sa requête avait été rejetée du fait que le cannabis est listé comme une drogue et que sa culture est interdite à Maurice.

De ce fait, Shirish Rummun soutient dans sa plainte que « the above decision of Defendants is arbitrary, unfair, unconstitutional and that Plaintiff’s constitutional right to cure himself through natural means which are lawfully available in other countries… ». Il fait ressortir de plus que des traitements comme la chimiothérapie « sont dangereux et contiennent des effets secondaires pour le corps humain » par rapport au “cannabis oil”. Il dit avoir dépensé environ Rs 3 M pour pouvoir suivre des traitements au cannabis médical à l’étranger. Il soutient que l’État le prive de l’opportunité de suivre des traitements à base de cannabis et que s’il le faisait, il pourrait être poursuivi et faire de la prison.

Shirish Rummun a ainsi saisi la Cour suprême pour contester la constitutionnalité des articles 5, 6, 7, 8, 30, 34 de la Dangerous Drugs Act qui, selon lui « ne sont pas justifiées dans une société démocratique » et seraient en infraction avec les articles 1, 2, 3, 5, 7, 9, 10, 11 de la Constitution. L’ancien athlète souhaite ainsi réparation pour avoir été privé de l’usage du cannabis médical à Maurice et estime que ses droits constitutionnels ont été bafoués « as plaintiff is being unfairly and unjustly being deprived of his treatement ». Shirish Rummun est défendu par Mes Sanjeev Teeluckdharry, Alwin Juwaheer et Anoup Goodary.