Développement de taille dans l’affaire du meurtre de Denis Fine hier. Le Directeur des Poursuites Publiques (DPP) a, un an après le ruling de la Cour de Pamplemousses, décidé de requalifier la charge de murder et de conspiracy to murder en conspiracy to do harm to another person pour Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), Sada Curpen et Christophe Legrand. Ils seront poursuivis devant la cour intermédiaire au lieu de la Cour d’assises. Il n’y a donc aucun suspect répondant d’une charge de meurtre pour le moment dans l’affaire Fine.
Les conclusions de la Senior Magistrate Maryse Panglose-Cala dans l’enquête préliminaire du meurtre de Denis Fine ont été rendues publiques au terme de plus de dix mois de travaux. La Cour de district de Pamplemousses a écouté une quarantaine de témoins dans cette affaire avant de statuer qu’il y avait bel et bien des preuves suffisantes pour envoyer l’affaire devant le juge d’Assises.
La décision ultime étant entre les mains du DPP, celui-ci avait logé un procès devant les Assises pour meurtre et complicité de meurtre à trois prévenus seulement : Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), Sada Curpen et Christophe Legrand. C’est devant un jury d’assises que les trois hommes auraient dû être jugés s’ils avaient plaidé non-coupable à la charge précédemment inscrite. Mais hier, le DPP est revenu sur sa décision en changeant la charge en conspiracy to do harm to another person sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act. La cour intermédiaire écoutera donc l’affaire.
L’article 109 (1) stipule que any person who agrees with one or more other persons to do an act which is unlawful, wrongful or harmful to another person, or to use unlawful means in the carrying out of an object not otherwise unlawful, shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years and to a fine not exceeding 100,000 rupees.
À l’époque, Patrick Steeve Prinslet Serret, Westley Badoodeenkhan (alias Toto), Gino Robertson (alias Batman) et Sada Curpen étaient sur le banc des accusés. Christophe Legrand était quant à lui l’un des principaux témoins à charge de l’affaire avec Marie Christina Catherine Castor, ex-compagne de Polocco. Legrand avait affirmé avoir été malmené par les officiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) lors de sa déposition en cour durant l’enquête préliminaire, et le DPP avait initié une autre enquête préliminaire contre lui devant la même instance.
Polocco était accusé d’avoir abattu Denis Fine, un Mauricien établi en France en vacances à Maurice, dans la nuit du 3 janvier 2010 d’une balle en pleine tête. La victime était sous la véranda de sa maison à Résidence Maison-Blanche à Pamplemousses, où il donnait une fête. Westley Badoodeenkhan, Gino Robertson et Sada Curpen étaient quant à eux accusés de conspiracy to murder. Ils risquaient tous jusqu’à 60 ans de servitude pénale selon la loi en vigueur. La piste du trafic de subutex était privilégié par les enquêteurs.
Me Raouf Gulbul représente Sada Curpen alors Me Rama Valayden assure la défense de Patrick Steeve Prinslet Serret. Christophe Legrand a retenu les services de Me Neelkanth Dulloo. Notons que les avocats des trois accusés comptent présenter une motion de remise en liberté la semaine prochaine. Mes Mohana Naidoo (assistante du DPP), Vinod Rammaya et Nataraj Muneesamy (State Counsels) représentaient le ministère public pendant l’enquête préliminaire.