Le magistrat Daniel Dangeot, siégeant en cour de Bambous, a reconnu coupable un individu poursuivi pour avoir molesté un policier dans l’exercice de ses fonctions. L’accusé s’en était pris au policier car ce dernier n’aurait pas pris en compte ses doléances. Les faits se sont produits le 7 mai 2011, à Flic-en-Flac. Ce jour-là, une cérémonie de mariage avait lieu et le policier était posté à l’entrée du lieu des festivités. Un peu plus tard dans la soirée, l’accusé l’a approché pour lui faire part qu’il s’était fait agresser par un chien et qu’après avoir appelé le 999, il n’avait pas reçu de réponse, ajoutant : « Mo dakor mo inpe sou. » Le policier lui a alors dit qu’il ferait le nécessaire une fois relevé de ses fonctions, à la suite de quoi l’accusé  a commencé à lui proférer des insultes. Le policier lui a alors demandé son nom et ses coordonnées. Tout en refusant de les lui donner, l’accusé a continué à injurier le policier. Des coups s’en sont suivis obligeant des policiers du poste de Flic-en-Flac à intervenir.
Dans l’énoncé de son jugement, le magistrat Dangeot a statué que le policier avait été précis dans sa version des faits, relatant dans les moindres détails la manière dont l’incident s’était produit. Le magistrat a de ce fait soutenu qu’il n’avait aucune raison de ne pas croire sa version, estimant dès lors l’accusé coupable des faits qui lui sont reprochés.