Jean-Marie Richard a comparu en début d’après-midi devant le tribunal de Curepipe. Une accusation provisoire d’agression sur un policier en uniforme a été logée contre le directeur d’Imagine Communication. Il a dû payer une caution de Rs 7 500 et signer une reconnaissance de dettes de Rs 30 000, la police n’ayant pas objecté à sa mise en liberté conditionnelle.  Le directeur d’Imagine Communication Jean-Marie Richard a été une nouvelle fois arrêté hier. Il a comparu devant la cour de district des Hautes Plaines-Wilhems en début d’après-midi où une charge provisoire de assault against a police officer in uniform a été logée contre lui. La police n’a toutefois pas objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Le tribunal de Curepipe a fixé sa caution à Rs 7 500 et une reconnaissance de dettes à Rs 30 000. Il est représenté dans cette affaire par le Senior Counsel Me Gavin Glover, assisté par son junior Me Rishi Bhoyroo.
Les faits allégués se seraient passés hier à Vacoas. Selon l’accusation, le directeur d’Imagine Communication aurait agressé avec l’extincteur de sa voiture le Police Constable Baboolall, affecté à la Traffic Branch. Le coup aurait été porté au niveau de l’estomac. Jean-Marie Richard, qui était au téléphone, aurait alors pris la fuite en « zig-zaguant » entre les voitures. La police l’aurait enfin appréhendé à Réduit.
Dans sa défense, Jean-Marie Richard a consenti qu’il roulait avec son téléphone portable en main quand le PC Baboolall lui a parlé. Il a toutefois catégoriquement nié avoir agressé l’agent de police. Le directeur de communication a expliqué au policier qu’il avait une réunion importante et a dû prendre congé.
Hier après son arrestation, il a été conduit en cellule policière. Les limiers ont toutefois dû l’emmener à la clinique. Jean-Marie Richard est depuis quelque temps déjà sous traitement médical.