Photo d'illustration
  • Parmi eux, le président en exil des Chagos, André Vincatassin, à qui il est reproché d’avoir escroqué près de Rs 1,5 M à la retraitée, atteinte d’Alzheimer

André Vincatassin, 48 ans, président en exil des Chagos, Sandeeren Mareemootoo, 42 ans, Yiliana Hengari, 31 ans, et Marie Dorothee, 33 ans, ont comparu devant la Snaresbrook Crown Court dans le cadre du procès qui leur est intenté pour fraude. Ils auraient agi de concert pour escroquer une certaine Marie Lucienne Anodin, 83 ans, ayant détourné plus de Rs 4 M (88 000 livres sterling) de son compte bancaire et en vendant sa maison en Angleterre pour en obtenir tous les bénéfices.

André Vincatassin, le présumé cerveau derrière cette fraude, est accusé d’avoir usé de son influence dans la communauté chagossienne et mauricienne pour escroquer l’octogénaire, qui est analphabète, en la persuadant de signer les droits pour vendre sa maison, située à Newham, dans l’est de Londres, en juin 2016.

André Vincatassin avait été aidé par Sandeeren Mareemootoo, qui avait fait croire à l’octogénaire qu’elle était sa tante, de sorte de pouvoir prendre en charge son compte bancaire. Selon la poursuite, il aurait dépensé 58 000 livres sterling (Rs 2 782 059) se trouvant sur le compte bancaire, dans des paris.

Le journal anglais The Argus rapporte ainsi que le procureur Alan Gardner a qualifié cette affaire de « fraud perpetrated against an elederly and vulnerable lady ».

Le procureur devait aussi expliquer le modus operandi des quatre accusés : « Once the confidence and trust of the victim had been gained, those responsible for the fraud then pretended to be helping the victim, to be caring for her, looking after her in her own best interests. In reality, they were in it for their own financial gain. »

La poursuite explique que la victime de la fraude « went from owning her own home and having substantial amounts of money in her bank accounts to having virtually nothing: her house and its contents had been sold and her bank accounts had been emptied ». Mareemootoo est aussi accusé d’avoir séquestré la victime dans une petite pièce d’appartement à Crawley, après avoir profité de sa vulnérabilité, et d’avoir vendu sa maison.

Il avait utilisé l’argent obtenu des ventes pour s’acheter une plus grande propriété à Sussex pour y vivre avec sa partenaire, Yiliana Hengari, et ses trois enfants. Selon la poursuite, le couple avait même tenté d’ouvrir un compte bancaire au nom de l’octogénaire à Crawley afin de continuer à la dépouiller de son argent. Dans ce procès, les quatre Mauriciens ont plaidé non coupable, niant avoir comploté pour détourner l’argent de l’octogénaire.

Pour rappel, la firme Lambeth Solicitors, basée à Londres, et ayant comme directeur Me Bushan Deepchand, avait animé une conférence de presse à Maurice pour faire état de la situation de Marie Lucienne Anodin. Cette dernière, également présente, avait avancé qu’elle avait été séquestrée et escroquée par les quatre Mauriciens établis en Angleterre et que ces derniers avaient vendu sa maison pour une somme de Rs 25 M à son insu. Le procès se poursuit devant la Snaresbrook Crown Court.