L’un des suspects dans le meurtre du travesti Sameer Moossun a obtenu la liberté conditionnelle hier. Le montant de la caution est de Rs 200 000 et Daniel Max Payet devra aussi signer une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. La victime avait été tabassée à mort le dimanche 18 septembre 2011 à son domicile.
Daniel Max Payet est accusé de l’assassinat de Sameer Moossun sous les articles 216 et 222 (1) du Code pénal et l’article 22 de la Criminal Procedure Act. Il a comparu hier devant la Senior Magistrate de la Bail and Remand Court Meenakshi Gayan-Jaulimsing. Il est représenté par Me Assad Peeroo qui a présenté une motion pour sa mise en liberté conditionnelle. Le prévenu a obtenu la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 200 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 500 000.
Sameer Moossun a été assassiné à son domicile, rue Volcy Pougnet (plus connue comme la rue Madame) à Port-Louis, dans la soirée du dimanche 18 septembre 2011. Selon l’acte d’accusation, Daniel Max Payet, Louis Dominique Grenade, Vivian Lespar, Stéphano Lespar, Francisco Marcelin (alias Saucisse), Samuel Domingue, Siven Marday, Guillaume Payette et Krishna Khataresapillay (alias Assone) se seraient rencontrés à Tranquebar ce soir-là où ils se sont entendus pour aller rendre une visite à la victime. Armés de bâtons, de barres de fer et de couteaux, ils auraient agressé mortellement le travesti.
Le couteau, qui serait l’arme du crime, n’a toutefois pas encore été récupéré. Daniel Max Payet a nié l’accusation portée contre lui et rien d’incriminant n’a été obtenu à la suite de la perquisition chez lui. Il a déclaré en Cour qu’il est marié et père de quatre enfants et compte respecter les conditions de liberté conditionnelle.
Le sergent Peerboccus, envoyé par le Commissaire de Police, a résisté à la motion de Me Assad Peeroo. Selon lui, le prévenu pourrait, s’il est relâché conditionnellement, falsifier les preuves.
La Senior District Magistrate n’est toutefois pas du même avis. Elle a estimé que dans le cas présent, les objections soulevées par la police peuvent être satisfaites par les conditions strictes pour empêcher le demandeur de prendre la fuite. « I find that the Applicant’s right to liberty outweights the objections raised by the police in support of his continued detention », a-t-elle souligné.
Daniel Max Payet devra aussi se présenter au poste de police tous les jours et respecter un couvre-feu à 18 h.
Selon la version d’Ibrahim Khalil, compagnon du travesti, les agresseurs seraient venus suite à une dispute avec la victime. Ils auraient brisé quelques vitres avant de s’en prendre à elle. La victime a ensuite été transportée à l’hôpital Jeetoo qui est juste à côté de sa maison mais il était déjà trop tard. Sameer Moossun a rendu l’âme avant que le docteur ne l’examine. L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-legal de la police, a attribué sa mort à une blessure à l’abdomen. L’enquête policière est menée par la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud.