La cour d’appel a débouté l’inspecteur Goinsamy Perumal. Le policier voulait casser le jugement de la cour de Curepipe le déclarant coupable d’agression et le condamnant à une amende de Rs 3 000. Il avait tabassé, sous l’influence de l’alcool, une femme à Curepipe.
L’inspecteur de police Goinsamy Perumal avait été trouvé coupable d’agression par la cour de district des Hautes Plaines Wilhems à Curepipe. La magistrate l’avait alors condamné à payer une amende de Rs 3 000. Le policier, représenté par Me Ashley Hurhanghee, a cependant décidé d’interjeter appel devant les juges Bushan Domah et David Chan Kan Cheong.
Selon la version de la poursuite, la plaignante vendait des pistaches à Ian Palach à Curepipe quand l’appelant a donné un coup de pied dans sa marchandise. La victime a précisé que Goinsamy Perumal était sous l’influence de l’alcool au moment des faits. Quand elle lui a demandé les raisons de son geste, l’inspecteur a commencé à l’insulter. Son agresseur l’a également frappée et jetée avant de lui déchirer sa blouse. Elle a été blessée à l’oeil et au visage.
L’inspecteur de police a pour sa part déclaré que la plaignante avait fait une fausse allégation contre lui. Selon Goinsamy Perumal, la vendeuse de pistaches voulait se venger car il l’avait verbalisée dans le passé pour opérer sans permis. Il a indiqué qu’il se promenait à Ian Palach quand des écoliers l’ont bousculé, lui faisant perdre l’équilibre. En tombant, son pied droit aurait heurté les articles de la plaignante. Il a aussi accusé la vendeuse de l’avoir frappé avec une bouteille.
Me Ashley Hurhanghee a soumis sept voies de recours, dont l’absence de déclaration au sujet de l’incident de la plaignante et les vêtements de la victime qui étaient propres alors que cela aurait dû être le contraire. Les juges ont quant à eux souligné l’absence de preuve dans le dossier indiquant que les habits de la vendeuse auraient dû être sales. Ils ont rejeté toutes les autres voies de recours et ont maintenu la sentence de la cour de Curepipe contre l’inspecteur de police.