Avinash Ramgotee, le jeune étudiant de l’Université de Maurice poursuivi en Cour d’assises pour le double meurtre d’Indira (65 ans) et d’Asha Jhurry (55 ans), deux belles-soeurs, à Lallmatie le 5 janvier 2006, a été trouvé coupable, vendredi dernier, à la majorité du jury (8 contre 1). Il purgera une peine de 37 années de prison.
Âgé de 29 ans, Avinash Ramgotee aurait commis « un crime d’une extrême violence sur deux vieilles personnes sans défense », a souligné le juge présidant le procès, Benjamin Marie-Joseph. Il avait asséné 52 coups de couteau à Indira Jhurry et une trentaine à Asha.
Avinash Ramgotee avait plaidé non coupable et était défendu par Me Siv Pottaya. À la police, il avait prétendu avoir entendu des cris provenant de la résidence des victimes et y être entré pour se rendre compte de ce qui s’y passait. Mais, toujours selon sa défense, après avoir constaté la mort des deux belles-soeurs, l’idée lui serait venue de commettre un vol. Toujours selon lui, à un certain moment, il aurait remarqué dans la maison la silhouette d’un homme qui ressemblait à celle de son oncle, Rajesh Ramlogun, et ce dernier lui aurait couru après et l’aurait poignardé.
Rajesh Ramlogun avait été également arrêté dans le cours de l’enquête policière, mais il devait décéder quelques jours plus tard en cellule. Des enquêteurs de la police avaient par la suite été accusés de l’avoir brutalisé, mais ils ont été subséquemment disculpés, même si l’État devait aussi avoir à dédommager lourdement la famille de Rajesh Ramlogun.
En fin de compte, toute la défense d’Avinash Ramgotee a volé en éclats quand des analyses Forensic ont démontré qu’il s’était lui-même planté un couteau dans le ventre en usant de ses connaissances de l’anatomie humaine afin de ne pas toucher ses organes vitaux. Il lui était alors facile d’incriminer son oncle, ce dernier étant déjà mort et ne pouvant pas se disculper.
Les analyses ont établi que le short que portait Avinash Ramgotee était taché du sang d’une des victimes, et que ces taches ne pouvaient avoir été causées que par des éclaboussures provoquées par des coups donnés. Des traces de sang ont également été retrouvées sur des savates du meurtrier.La poursuite avait été assurée par Me Medhi Manrakhan, Principal State Counsel, soutenu par les avocats du Parquet, Mes Sanjiv Baungally, Kesri Soochit et Rahim Tajoodeen. Faute de témoin oculaire du crime, la poursuite s’est fondée sur des preuves circonstancielles pour démontrer que la défense d’Avinash Ramjotee était un tissu de mensonges afin d’échapper à la justice.