Le procès intenté à Jean Désiré Huberto Charles a repris avec l’audition des témoins ce matin en Cour d’assises, présidée par le juge Prithviraj Fekna. Il est accusé d’avoir immolé sa compagne Marie Greta Menes.
Le juge Prithviraj Fekna avait prévu de rendre son ruling aujourd’hui sur la deuxième motion présentée par la défense. Cette motion avait été logée dans le but de contester l’admissibilité de la déclaration de la victime, faite à un policier, alors qu’elle était à l’article de la mort à la Burns Unit de l’hôpital Victoria. Toutefois, a soutenu le juge à la Cour, il compte déposer son verdict en temps et lieu, indiquant que la demande a été rejetée.
La défense est assurée par une équipe d’avocats menée par Me Rama Valayden et comprenant Mes Sanjeev Teeluckdharry, Neelkanth Dulloo, A. Mooroongapillay et E. Mooniapillay. La poursuite est quant à elle soutenue par Mes Mohanasundary Naidoo (Assistant DPP) et Ram Rammaya (State Counsel).
Jean Désiré Huberto Charles, qui plaide non coupable, soutient s’être disputé avec la victime qui s’est ensuite immolée. Cet incident s’est déroulé à leur domicile le 6 mai 2006. Cependant, un policier, le sergent Karansing Jokhoo, affecté à la CID de Trou-aux-Biches, a consigné une déclaration de Marie Greta Menes. Elle a ainsi identifié son conjoint comme étant celui qui l’aurait aspergé de pétrole lampant avant d’y mettre le feu.
Le sergent de police, qui avait été interrogé lors des débats sur la motion, a notamment soutenu que Marie Greta Menes lui avait dit : « mo santi mwa an danze de mor. Mo pena lespwar ki mo pou rekipere. »
Soulignons que dans sa première motion, Me Valayden avait demandé que les travaux de l’enquête préliminaire ne fassent pas partie du dossier du procès. Le juge avait cependant considéré que les court records ne constituaient aucun inconvénient pour le procès.