Accusé d’avoir résisté à son arrestation à Bois-des-Amourettes, Diop Bhoyroo a demandé hier la liberté conditionnelle par l’intermédiaire de ses hommes de loi. Le magistrat Raj Pentiah rendra son ruling le 28 octobre.
Diop Kondo Bhoyroo répond de la charge « using a firearm to resist arrest » devant la cour intermédiaire. Il a comparu hier devant le magistrat Raj Pentiah dans le procès que lui intente le directeur des poursuites publiques (DPP). L’aîné des « jumeaux » est représenté par Mes Rex Stephen et Ashwin Kandhai. La poursuite est quant à elle représentée par le state counsel Me Madeven Armoogum.
La défense a demandé à la cour d’accorder la liberté conditionnelle à leur client Diop Bhoyroo. Celui-ci est on remand, depuis environ trois ans. Par ailleurs, un policier du poste de Rose-Hill a affirmé en cour que les jumeaux s’étaient rendus volontairement à la police après l’enquête préliminaire au tribunal de Bambous.
Cependant, Me Madeven Armoogum a avancé que le DPP objecte à cette demande, expliquant que le prévenu pourrait prendre la fuite si la remise en liberté conditionnelle lui est accordée.
Les avocats de Diop Bhoyroo ont répliqué face à la résistance de la poursuite en disant que leur client n’a jamais failli aux conditions de sa caution. Ils ont argué qu’il n’y a aucun risque à lui accorder la remise en liberté conditionnelle.
Le 30 octobre 2008, Diop Kondo Bhoyroo est arrêté à Bois-des-Amourettes. Un revolver de la marque Astra calibre 22 et des balles ont été retrouvés en sa possession.
Diop Kondo Bhoyroo et son frère Yannick Dingaan Bhoyroo ont été innocentés le 12 avril des charges de sequestration et wounds and blows sur Jeff Norbert Euphigène qui pesaient sur eux. Le témoin principal et présumé victime, s’était désisté. Il avait alors affirmé avoir tout oublié et avancé qu’il suit des traitements psychiatriques à la prison de Beau-Bassin.
Le 31 mai, les deux frères sont de nouveau acquittés, cette fois par le magistrat Azam Neerooa. La cour ayant statué que Johnny Christophe Antoinette, victime présumée, n’est pas un témoin fiable.
Diop Bhoyroo était accusé sous quatre charges : (1) Possession of a firearm without a licence, (2) possession of ammunitions without a licence, (3) sequestration et (4) assault.