L’agent de police Ziaodeen Noorah, poursuivi pour avoir mis le feu à la chambre de sa mère à Riverside, Phoenix, dans la nuit de dimanche à lundi, a comparu devant le tribunal de Curepipe ce matin, où une charge provisoire de murder a été logée contre lui. La Major Crimes Investigation Team (MCIT) n’écarte pas la possibilité qu’il soit aussi à l’origine de la mort de son père Hanan Noorah, survenue 25 jours auparavant.
Le policier, qui a été arrêté par la CID (Criminal Investigation Division) de Curepipe hier, répond d’une charge provisoire d’assassinat sous les articles 216, 217 et 218 du Code criminel.
La victime, Bibi Rashida Noorah, était âgée de 64 ans. La MCIT de Curepipe, qui a repris l’enquête, aurait déjà obtenu des aveux, selon les sources de la police. Le policier de 33 ans, habitant Riverside à Phoenix, aurait mis le feu à la chambre de sa mère et se serait ensuite rendormi. C’est lundi, dans les petites heures du matin, que les pompiers sont intervenus pour tenter de circonscrire l’incendie.
Le rapport d’autopsie du Chief Police Medical Officer, Dr Sudesh Kumar Gungadin, indique que Bibi Rashida Noorah est morte d’une asphyxie au monoxyde de carbone. Son corps devait par la suite être retrouvé carbonisé après l’intervention des pompiers. Ces derniers ont toutefois pu stopper l’incendie avant que celui-ci ne consume toute la maison.
Comme toile de fond dans cette affaire, il y a les rapports entre belle-mère et belle-fille. Ziaodeen Noorah, qui se retrouvait souvent au milieu de ces disputes, en aurait eu assez. Partagé entre sa mère et son épouse, il aurait tranché en faveur de son ménage. Après sept ans de mariage, la victime n’était toujours pas d’accord du choix de son seul fils.
Les proches des Noorah s’étaient rencontrés la veille de l’incident pour la prière en mémoire du défunt père de Ziaodeen Noorah et seraient partis vers les 23 heures. Hanan Noorah est décédé après avoir fait une chute dans les escaliers. Les enquêteurs n’écartent pas la possibilité que cette chute « accidentelle », survenue quelque trois semaines auparavant, soit d’origine criminelle.
Les éléments du SOCO (Scene of Crime Office) auraient retrouvé des traces de carburant. Cette substance inflammable aurait aidé à la propagation du feu et emprisonné la victime au milieu des flammes. Ziaodeen Noorah a consenti s’être disputé avec sa mère plus tôt dans la soirée. Ce père de trois enfants aurait également dit qu’il a mis le feu à la chambre de sa mère après cette dispute.
La reconstitution des faits a été faite hier après-midi. Ses collègues de la force policière ont fait comprendre que Ziaodeen Noorah est quelqu’un de très réservé et qui ne s’intègre pas facilement. Les habitants de Riverside témoignent également dans le même sens. Ziaodeen Noorah compte environ onze ans de carrière dans la force policière.