Sheik Sayed Mohamade Kausmally, âgé de 47 ans, et son père Moossa Kausmally, un retraité de 74 ans, avaient été jugés coupable sous une charge de “wounds and blows causing death but without intent to kill and under provocation”. Ils étaient accusés d’avoir mortellement agressé  leur voisin, Noorani Korimboccus, en 2009. La magistrate Niroshini Ramsoondar a condamné hier le fils à quatre ans de prison alors que le père, lui, écope de trois ans de réclusion. Les jours passés en détention préventive, soit 956 jours, seront déduits de leur sentence.  
Les deux accusés avaient plaidé coupables et étaient défendus par Mes Raouf Gulbul et Gavin Glover, SC. Ce drame a pour toile de fonds un conflit sur un droit de passage. Les deux voisins se disputaient en effet souvent pour stationner leurs véhicules respectifs à cet endroit. Dans ses dépositions à la police, Sheik Sayed Mohamade Kausmally avait raconté les circonstances du drame. Précisant d’abord qu’il était marié et père de quatre enfants, il avait ainsi indiqué avoir entrepris plusieurs travaux à ses propres frais pour enlever plusieurs structures qui rendaient l’accès difficile à ce passage à ses voisins et lui. Il avait même, dit-il, fait enlever un pylône électrique et un autre appartenant à Mauritius Telecom ainsi qu’un arrêt de bus, et ce afin d’éviter des problèmes. Son père et lui travaillaient alors dans un entrepôt frigorifique et vendaient du poulet.
Père et fils n’étaient cependant pas en bons termes avec la victime, Noorani Korimboccus, notamment concernant le stationnement de leurs véhicules sur ce passage. La victime se plaignait ainsi souvent de ne pas avoir de place pour garer sa moto en raison des véhicules des deux accusés. Ce jour-là, une énième dispute a éclaté. Sheik Sayed Mohamade Kausmally et son père, Moossa, étaient en train de découper des volailles quand la victime, qui était à moto, à commencer à leur lancer des injures. Noorani Korimboccus est alors revenu un moment après avec un sabre pour frapper le père mais ce dernier est arrivé à se saisir de l’arme avant que son fils n’intervienne, un couteau à la main. Sheik Sayed Mohamade Kausmally a déclaré que lors de la lutte, il est « tombé sur la victime » et que son couteau « s’est planté » dans son ventre.
Appelés à la barre des témoins, les deux accusés disent regretter leur acte et ont présenté des excuses au tribunal. La magistrate Niroshini Ramsoondar  a condamné hier le fils à quatre ans de prison alors que son père, lui, a écopé de trois ans. Les jours passés en détention préventive, soit 956 jours, seront déduits de la sentence.