Poursuivi pour imprudence causing involuntary homicide, Sooress Mohun, un conducteur d’autobus âgé de 62 ans, a été reconnu coupable par la magistrate Niroshini Ramssondar. Il était accusé d’avoir, le 21 juin 2010, causé la mort de Louis Benedicte Baveuse, 71 ans, dans un accident impliquant son autobus.
Sooress Mohun était poursuivi sous l’article  239(1) du Criminal Code et les articles 52, Second Schedule et 133 de la Road Traffic Act. La victime avait succombé à un haemorrhagic shock following pelvis injuries le lendemain de l’accident. Selon la version de l’accusé, ce jour-là, il roulait sur la route principale de Montagne-Blanche en provenance de Sébastopol en direction de Curepipe, quand il a aperçu qu’un cycliste roulait dans la même direction. Il devait alors le dépasser pour s’arrêter un peu plus loin sur l’arrêt d’autobus. C’est à ce moment-là que le receveur de l’autobus l’aurait informé que quelqu’un était tombé à l’arrière de l’autobus. Il s’était arrêté pour porter secours au cycliste, qui lui aurait fait comprendre que son bus l’avait heurté et projeté au sol. L’accusé devait maintenir en Cour qu’il n’avait rien remarqué de tel. Le PC Coonjan, qui compte plus de 25 ans d’expérience dans l’examen des véhicules accidentés, avait déclaré en Cour que l’autobus avait des traces d’égratignures qui avaient pu être causées par l’impact de la collision avec le cycliste.
Lors de son témoignage en Cour, l’accusé était cependant revenu sur ses dires, niant le fait que le cycliste lui avait dit qu’il l’avait heurté. Il avait changé de version pour dire en Cour que la victime lui avait dit qu’elle avait perdu son équilibre sur sa bicyclette et était tombée. Compte tenu des incohérences dans la version de l’accusé, la Cour a estimé qu’il n’était pas crédible. « The Court also notes accused’s shifting and inconsistent versions and the only conclusion that can be drawn from same is that he is lying to minimize his imprudent involvement in this accident. The fact that he gave his (signed, unchallenged and admissible) defence statement to the police without the assistance of counsel is neither here nor there when it is not disputed that accused was indeed explained all his rights before the police proceeded with the recording of same. Accused’s court version that the deceased imparted to him that he had hit the pavement before hitting the bus is a last minute ploy to pull the wool over the Court’s eyes and one which, in the circumstances, the Court cannot by any stretch of the imagination, consider as plausible», a fait ressortir la magistrate dans son jugement. La sentence sera connue ultérieurement.