Quelques accusés somaliens, tout comme des avocats de la défense, ont manifesté leur réprobation au sujet de la déposition par vidéoconférence de certains témoins américains. Ils demandent que ces témoins soient physiquement présents dans le box des témoins.
Selon un des accusés dont les propos ont été traduits par l’interprète de service, les témoins soutiennent qu’ils (les Somaliens) ont tué des être humains, alors qu’eux, les accusés, disent que c’est faux. Donc, ils doivent être présents pour soutenir leurs accusations face à eux.
Les accusés et leurs avocats ont aussi évoqué le fait que le procès traîne trop. Soulignons que le magistrat Azam Neeroa était seul sur le bench hier, sa consoeur Wendy Rangan ayant eu à s’absenter de la cour. Le procès reprendra le 13 courant, jour auquel la cour fera connaître sa décision concernant l’autorisation ou non des témoignages par vidéoconférence.