Imraan Hosany, directeur et rédacteur en chef du Sunday Times, a été condamné par la magistrate Wendy Rangan dans la sentence qu’elle a prononcé ce matin à payer une amende de Rs 50 000. Notre confrère compte faire appel du jugement de culpabilité rendu hier par la magistrate, siégeant en Cour criminelle intermédiaire.
Dans son jugement, Wendy Rangan est arrivé à la conclusion que la poursuite dans cette affaire est parvenue à prouver sans le moindre doute possible que l’accusé est coupable. Ce dernier, rappelons-le, a été poursuivi pour outrage à l’encontre de la morale publique et religieuse, sous les articles 206 (1), (3) et 208 du code pénal. L’acte d’accusation stipulait que « (…) on the 15th of July 2012, the accused wilfully and unlawfully, by newspaper put up for sale in public places, committed an outrage against good morals, to wit : on the edition of the 15th of July 2012 of the Sunday Times Newspaper, which was put up for sale in public places, photographs of a deceased person, one Michaela Harte, an Irish national also known as Michaela Mary McAreavey, and such publication was of a nature to cause an outrage against good morals. »
À l’appel du procès, l’accusé avait plaidé non coupable. Il était défendu par Me Akil Bissessur, avocat. Me Medhi Manrakhan, Principal State Counsel, a soutenu la poursuite alors que Me Dick Ng Sui Wa a agi comme watching brief pour le compte des proches de la victime.
Par ailleurs le procès que John James McAreavey, le veuf de la victime, et la mère, le père la soeur et les deux frères de cette dernière ont logé en Cour suprême contre Imraan Hosany et contre Star Print Co., compagnie qui imprime le Sunday Times, sera appelé le 13 juin prochain. La partie défenderesse aura à soumettre son Statement of defence.
Dans ce procès au civil, les Harte et McAreavey reprochent à l’hebdomadaire que dirige le défendeur N°1 d’avoir donné publication de photos prises sur la scène du crime, accompagnées d’un texte portant le titre « Les photos exclusives de Michaela Harte dans la chambre 1025 » et du sous-titre « Qui a déchiré la jupe de Michaela Harte ? ».
Les plaignants réclament aux défendeurs des dommages, comme suit : à l’ancien époux et plaignant N°1, la somme de Rs 15 millions et aux chacun des membres de la famille Harte Rs 2 millions, soit un total de réclamations de Rs 25 millions.