Feizal Durbarree, 31 ans, devra purger 7 ans de prison pour avoir mortellement brûlé son père, Ajam Durbarree. L’accusé répondait d’une charge de coups et blessures causant mort d’homme sans intention de tuer. La sentence a été prononcée ce matin par le magistrat Azam Neerooa.
Feizal Durbarree était accusé d’avoir attaché son père avant de le brûler vif avec de l’after-shave. Il avait été reconnu coupable le 29 mars des faits qui lui sont reprochés et sa sentence a été connue ce mardi 26 avril. Selon les faits, Feizal Durbarree reprochait à son père une consommation excessive d’alcool. Le jour du drame, l’accusé était énervé car il ne retrouvait pas ses outils. Feizal Durbarree avait alors décidé de s’en prendre à son père. Il lui avait ligoté les pieds et les mains au lit à l’aide d’une écharpe et avait commencé à le gifler tout en le questionnant sur la disparition de ses outils. Le vieil homme n’avait pas répondu. Enragé, Feizal Durbarree avait alors aspergé le corps de son père d’after-shave avant de craquer une allumette.
Ajam Durbarree l’avait imploré d’éteindre le feu, mais ce n’est qu’après plusieurs minutes que Feizal Durbarree l’avait éteint avec de l’eau. En Cour, l’accusé avait déclaré avoir laissé son père dans cet état et être sorti. Ce n’est qu’à son retour qu’il avait appris sa mort. Dans sa déposition à la police, Feizal Durbarree avait avoué l’avoir brûlé vif. Le Dr Gungadin, qui avait pratiqué l’autopsie, avait conclu que la victime était décédée d’une septicémie à la suite de ses blessures.
Le magistrat Azam Neerooa avait conclu que le décès du vieil homme était directement lié aux infections résultant de ses brûlures et que son fils était l’unique responsable. Feizal Durbarree avait plaidé non-coupable de l’accusation portée contre lui. Lors des plaidoiries de la défense, son homme de loi, Me Raouf Gulbul, avait réclamé la clémence de la cour à l’égard de son client, indiquant qu’il avait commis son crime sous le coup de la provocation. Feizal Durbarree a été condamné à sept ans de prison.