La magistrate Wendy Rangan, siégeant en cour intermédiaire, a trouvé coupable Varden Chinapiel d’avoir escroqué la somme de Rs 7 000 à une femme et d’être entré dans plusieurs maisons pour voler des bijoux, en se faisant passer à chaque fois pour un proche de la famille.
Le procès intenté à Varden Chinapiel a connu son dénouement mardi en cour intermédiaire. Il avait plaidé non coupable. Il était reproché à l’accusé d’être entré dans la demeure d’une certaine Mme Randhee en se passant pour le patron de son fils pour lui escroquer la somme de Rs 7 000, arguant que son fils avait besoin de cet argent pour acheter du matériel de construction. L’accusé aurait aussi volé des bijoux d’une valeur de Rs 20 000 au domicile de la victime. Dans sa déposition, le fils de la victime devait déclarer qu’il n’avait jamais demandé à quiconque d’aller voir sa mère pour lui demander de l’argent.
Varden Chinapiel avait récidivé en s’immisçant dans des maisons et se faisait passer soit pour un proche de la famille soit pour un collègue afin de subtiliser des bijoux de ses victimes. L’accusé utilisait des subterfuges afin de pouvoir entrer à leur domicile et s’en allait ni vu ni connu avec les objets volés à bord de son véhicule qu’il garait à l’entrée des maisons. La somme escroquée et les bijoux volés totalisent Rs 173 000. Cependant, les bijoux et la somme de Rs 7 000 n’ont pas été retrouvés. Les victimes devaient confirmer en cour que lors de la séance d’identification effectuée au bureau de la CID, elles avaient toutes identifiés Varden Chinapiel comme étant le présumé voleur. Pour sa part, l’accusé devait nier les accusations portées par les cinq victimes. Il avait donné à chaque fois un alibi concernant les différents jours où les délits auraient été commis. Concernant la charge d’escroquerie, la magistrate a jugé crédible la déposition de la victime selon laquelle l’accusé aurait utilisé une fausse identité pour lui escroquer de l’argent. Une thèse qui avait été confirmée par le fils de la victime. Les particulars de la charge d’escroquerie se lisaient comme suit : « he “misrepresented himself to be the employer of declarant’s son and asked her for the sum of Rs7, 000/-to buy iron rods at the request of the latter. Being convinced, she remitted the said money to him, by such means as aforesaid, the said Varden Chinapiel swindled Mrs Moolta Shanti Randhee the sum of Rs7, 000 ». La magistrate l’a ainsi trouvé coupable sous cette première charge d’escroquerie.
Concernant les délits de vol, la magistrate devait statuer que les preuves présentées par la poursuite étaient crédibles et suffisantes pour établir qu’il y a eu « soustraction » de bijoux et d’argent au domicile des victimes.
Sur l’identification, la magistrate devait conclure que malgré quelques contradictions de la part des victimes concernant la description de l’accusé, elle a été satisfaite du fait que toutes les victimes avaient confirmé que Varden Chinapiel était bien le voleur. En prenant en considération toutes les preuves apportées par la poursuite, la magistrate Rangan a ainsi trouvé Varden Chinapiel coupable d’escroquerie et de vols de bijoux.