L’audition des témoins dans le cadre du procès intenté à l’ex-président de la State Property Development Company (SPDC) Richard Duval, qui a refusé de se soumettre à un alcootest à la suite d’un accident mineur le 21 juillet 2013 à Pailles, a pris fin mercredi. Appelé à la barre, Richard Duval a insisté sur le fait qu’il n’était pas sous l’influence de l’alcool, clamant que « zame monn bwar sa swar-la ». Il a soutenu avoir refusé l’alcootest notamment parce qu’il est asthmatique depuis son enfance. Les avocats devront soumettre leurs « written submissions » à la magistrate Adila Hamuth le 5 novembre.
Appelé à la barre mercredi après-midi, Richard Duval a expliqué les circonstances entourant l’accident et son refus de se soumettre à un alcootest. L’ex-député du PMSD a ainsi déclaré avoir perdu le contrôle de son véhicule car il avait été ébloui par les phares d’une Subaru blanche. Il s’est ensuite rendu au poste de police le plus proche pour donner sa déclaration, mais a toutefois refusé de soumettre un échantillon de son sang et de son urine alors que la police le lui avait demandé. Il a justifié cette démarche par le fait qu’il était grippé et qu’il avait pris du Benylin, un sirop contre la toux contenant une dose d’alcool. Richard Duval a ajouté qu’il voulait éviter tous risques de contracter une possible infection, soit une hépatite, en se soumettant à l’alcootest. Il a également indiqué qu’il est asthmatique depuis son enfance et qu’il suit des traitements régulièrement pour ses problèmes respiratoires. Il avait expliqué que vu son état de santé, il était retourné au poste de police, en présence de son avocat, pour donner de plus amples détails sur cet accident le surlendemain.
Rappelons qu’il est reproché à Richard Duval d’avoir conduit sa voiture « without due care and attention », et ce avec une concentration d’alcool au-delà de la limite légale. L’ex-député est également poursuivi pour avoir refusé de se soumettre à un alcootest. Deux jours après l’accident, Richard Duval, qui plaide non coupable, avait soutenu à la police qu’il était grippé et qu’il avait consommé du Benylin. Compte tenu du fort taux d’alcool contenu dans ce médicament, il avait jugé préférable de ne pas se soumettre à un test d’alcoolémie. Il avait aussi déclaré souffrir d’asthme. Richard Duval est défendu par Me Assad Peeroo alors que la poursuite est représentée par Me Chitralata Soobagrah.