Accusé d’avoir influencé l’ancien Island Chief Executive de Rodrigues Jean-Claude Pierre-Louis, l’ancien Chef commissaire de Rodrigues Johnson Roussety a déclaré hier en Cour intermédiaire qu’il est victime d’un complot. Il a accusé l’ICAC d’avoir des motivations douteuses avant d’être sommé par la Cour de bien se tenir. Il a ensuite présenté ses excuses à l’avocat de la poursuite. La prochaine audience a été fixée au 23 mai.
Johnson Roussety a comparu hier devant les magistrates Véronique Kwok Yin Siong Yen, présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire, et Kesnaytee Bissoonauth sous une accusation de « influencing public official » sous l’article 9 de la Prevention of Corruption Act (PoCA). L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) est représentée par l’Assistant Chief Legal Adviser Me Kaushik Gobhurdun.
Le Senior Counsel Me Gavin Glover, avocat de l’accusé, a appelé son client à la barre des témoins. Johnson Roussety a affirmé qu’il y a un complot contre lui. Il a avancé que l’ancien Island Chief Executive de Rodrigues Jean-Claude Pierre-Louis et l’ancien Permanent Secretary du ministère des Collectivités locales Bojzrajsingh Boyramboli ont « agi de connivence pour changer une volonté politique ». Johnson Roussety a déclaré que Jean-Claude Pierre-Louis a écrit à la Public Service Commission (PSC) contrairement aux instructions reçues en soutenant que « he had to listen to my instructions ».
Me Gavin Glover : Were you abilitated to give instructions to the Island Chief Executive ?
Johnson Roussety : Yes. On policy issues on which the Rodrigues Regional Assembly were responsible of.
Johnson Roussety a déclaré que l’ancien Island Chief Executive de Rodrigues aurait agi « unprofessionally » en modifiant le contenu d’une lettre et qu’il aurait ensuite détruit la première version de la lettre. Jean-Claude Pierre-Louis aurait envoyé une lettre à la PSC sans informer M. Roussety. Ce dernier a déclaré que « we were surprised because we told him to wait ».
L’ancien Island Chief Executive de Rodrigues lui reproche de s’être opposé à la mise sur pied d’un comité de recrutement pour embaucher quelque 250 General Workers permanents. L’accusé nie l’accusation portée contre sa personne et soutient qu’il avait demandé à embaucher des « trainees » sur un contrat d’un an. Cette pratique ne requiert pas d’interview et les mêmes procédures.
L’ancien Chef commissaire de Rodrigues s’est ensuite emporté contre Me Kaushik Gobhurdun, portant de graves allégations sur les motivations de la commission anticorruption. Il a été rappelé à l’ordre par la présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire qui lui a fait comprendre que ce n’était pas un lieu pour faire de la politique. Son homme de loi lui a alors demandé de présenter ses excuses à l’avocat de la poursuite.
Pour rappel, le 26 novembre 2009 Jean-Claude Pierre-Louis a donné une déposition au poste de police de Port-Mathurin au sujet d’incidents survenus entre lui et l’ancien Chief Commissioner de Rodrigues en date du 7 novembre de la même année. L’affaire a ensuite été référée à l’ICAC. Les travaux dans cette affaire reprendront le 23 mai.