Mahesh Beeharry s’est présenté devant la Cour intermédiaire hier dans le procès que lui intente le directeur des poursuites publiques. Cet ancien magistrat du tribunal de Rose-Hill aurait utilisé une arme à feu pour intimider un employé de municipalité près du Ruisseau du Pouce à côté du Jardin de la Compagnie. Le jugement tombera le vendredi 14 octobre.
Le procès de Mahesh Beeharry, magistrat qui siégeait au tribunal de Rose-Hill, s’est poursuivi hier devant les magistrats Véronique Kwok Yin Siong Yen, Kesnaytee Bissoonauth et Azam Neerooa siégeant à la criminal division de la Cour intermédiaire. Le directeur des poursuites publiques (DPP) a logé, le mardi 26 avril, une accusation formelle sous l’article 37 de la Firearms Act. Cet habitant de Pointe-aux-Canonniers est défendu par Mes Sanjay Buckhory (SC), Akil Bissessur, Sanjeev Teeluckdharry et Siddhartha Hawoldar. Il a plaidé non coupable à l’accusation.
Le témoin Yousuf Aubeeluck a été appelé par Me Anusha Rawoah du Parquet. Il a expliqué qu’il n’était pas loin du lieu de l’incident au moment des faits et a pris des photos à l’aide de son téléphone portable. Ce marchand ambulant a expliqué qu’il n’a pas vu Mahesh Beeharry pointer son fusil en direction de Rashid Emamdee.
Me Sanjay Buckhory : Si la polis dir ki ou ti dir ki akise ti point so fizi lor M. Emamdee, ki ou ena pou dir ?
Yousuf Aubeeluck : Li foss !
Me Sanjay Buckhory : Kouma M. Emamdee ti ete apre ki finn arriv sa incident li pe dir la ?
Yousuf Aubeeluck : Li ti paret soke…
Me Sanjay Buckhory : Si li li dir tou ti normal ?
Yousuf Aubeeluck : Sa mo pa pou kapav dir ki li resenti alor…
Yousuf Aubeeluck a toutefois soutenu avoir vu l’accusé avec une arme à feu à la main. Le témoin a déclaré que la victime présumée avait l’air choqué quand il lui a parlé. Me Anusha Rawoah n’a pas interrogé de nouveau le témoin après le contre-interrogatoire musclé du senior counsel.
Un photographe a été appelé comme témoin de la défense. Il a reçu des instructions de Me Akil Bissessur pour prendre une photo de l’endroit où se trouvait Yousuf Aubeeluck au moment de l’incident.
À l’heure des plaidoiries, Me Sanjay Buckhory (SC) a affirmé que Rashid Emamdee n’est pas crédible. Il a soutenu que son comportement « inapproprié » devant la Cour laisse à penser qu’il « n’accorde aucun respect à une Cour de Justice ». Le leading Counsel de la défense a indiqué que le plaignant s’est contredit à plusieurs reprises lors du contre-interrogatoire. L’avocat a souligné que les autres témoins de la poursuite ont donné une version différente de l’incident allégué entre les deux hommes. Il a affirmé qu’il est impossible d’identifier quelqu’un depuis cet endroit.
Les faits remonteraient au 14 décembre 2010. Rashid Emamdee, employé de la municipalité de Port-Louis, a porté plainte contre l’accusé d’avoir utilisé son revolver pour le menacer près du Ruisseau du Pouce rue Révérend Lebrun, à côté du Jardin de la Compagnie. Mahesh Beeharry nie en bloc les accusations du plaignant. Il a avancé que Rashid Emamdee lui avait pris ses clefs de voiture et tenté de lui prendre son revolver. C’est là qu’il l’aurait jeté sur la banquette arrière de sa voiture.
Le presiding magistrate et présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire Véronique Kwok Yin Siong Yen a fixé le jugement au vendredi 14 octobre.