Le couple Curpen de nouveau devant la Cour de Mapou dans une deuxième enquête préliminaire initiée par le directeur des poursuites publiques. Le meurtre d’un autre bébé leur est de nouveau reproché. Mes Alvin Juwaheer et Neelkanth Dulloo représentent leurs intérêts.
Vanessa et Indiren Curpen ont comparu ce matin devant le magistrat Sudesh Callychurn siégeant en Cour de district de Rivière du Rempart (Mapou) répondant à une accusation de murder of a newly born child sous l’article 220 du Code criminel. Le directeur des poursuites publiques (DPP) a demandé l’ouverture d’une enquête préliminaire pour le meurtre de leur bébé en septembre 2007. Ils ont retenu les services de Mes Alvin Juwaheer et Neelkanth Dulloo.
Selon la version d’Indiren Curpen, sa femme aurait fait une chute et l’enfant serait « sorti depi so lekor ». Il aurait ensuite pris des ciseaux pour sectionner le cordon ombilical puis enveloppé le corps dans un vêtement avant de conduire sa femme à l’hôpital SSRN pour des soins. Selon lui l’enfant était déjà mort à sa naissance.
Les conclusions de la première enquête préliminaire ont été rendues mercredi dernier par la Senior Magistrate Sheila Bonomally. Le tribunal de Mapou a statué qu’il y a assez de preuves pour que le DPP intente un procès au couple Curpen devant l’instance criminelle de la Cour suprême.
Pour le second cas, les faits remontent en mars 2009. Vanessa Curpen devait encore une fois accoucher chez elle. Cette mère de trois enfants aurait mis au monde un petit garçon dans sa salle de bain. Sa belle-mère a déclaré qu’elle a vu Vanessa Curpen entrer dans la salle de bain avec un gros ventre et en ressortir sans signe visible de grossesse. La mère d’Indiren a aussi avancé que son fils n’était pas à la maison quand cela s’est produit.
Quant à Vanessa Curpen, elle a affirmé n’avoir parlé de cela à personne dans un premier temps car elle avait peur de la réaction de sa belle-mère vu qu’elle s’est retrouvée dans la même situation deux ans avant. « Mo ti trouv mo zenfan tonbe lor sali… Linn kriye enn sel cou », a affirmé la mère de famille. Elle a ajouté qu’elle a commencé à avoir des vertiges et que son bébé est tombé dans un seau d’eau. Elle devait prendre le nouveau-né et l’envelopper dans une serviette.
Le soir venu, cette employée d’usine devait expliquer à son mari que le décès de l’enfant est dû au fait qu’elle soulève des « balo ». Elle lui a aussi dit qu’elle l’avait enveloppé dans une serviette et laissé en cuisine. Le lendemain, Vanessa Curpen a pris le bébé et l’a emmené à l’extérieur avant de mettre le feu à son corps. Mais comme il pleuvait ce jour-là, le corps du nouveau-né n’a pas été complètement calciné. Elle l’aurait ramené en cuisine avant de l’enterrer le jour suivant.