Photo d'Illustration

Vicky Goomany, chauffeur d’autobus de son état, devra purger six mois de prison pour un double homicide involontaire. Le 7 juin 2009, il avait percuté un enfant de six ans et un homme de 40 ans à New-Grove. Ces derniers, qui se trouvaient à vélo lorsque l’accident s’est produit, ont succombé à leurs blessures. Les juges Aruna Devi Narain et Nicholas Oh San-Bellepeau ont, dans leur arrêt, trouvé que les conclusions de la magistrate de la cour de première instance étaient justifiées vu l’ampleur de l’accident.

Vicky Goomany avait fait appel de la décision de la Cour intermédiaire de lui infliger six mois de prison sous ces deux accusations d’homicide involontaire. Son permis de conduire avait également été suspendu pour une période d’un an. Il avait donné quatre raisons d’appel, avançant notamment que les deux victimes « faisaient du vélo dans le noir et pourraient avoir perdu le contrôle de leur véhicule avant de tomber devant l’autobus ».

Les juges devaient toutefois rejeter les raisons d’appel du chauffeur d’autobus. Ils ont estimé que les conclusions de la magistrate ayant entendu ce procès étaient justifiées. Ils devaient aussi avancer que « la seule conclusion raisonnable qui peut être tirée est que l’appelant conduisait son autobus de manière imprudente et qu’il a involontairement commis un double homicide ». Pour ces raisons, les juges Narain et Oh San-Bellepeau ont maintenu la peine de six mois de prison imposée par la magistrate de la Cour intermédiaire.

Vicky Goomany avait ainsi été condamné à la prison pour l’homicide involontaire d’un homme de 40 ans et d’un enfant de 6 ans. Le 7 juin 2009 à Mont-Fertile, New-Grove, il avait, au volant de son autobus, percuté les deux victimes, qui étaient à vélo. Selon le rapport de l’autopsie, le quadragénaire est décédé des suites d’une lacération et d’une hémorragie intracrânienne, alors que l’enfant a succombé à ses multiples blessures. Le chauffeur d’autobus avait soutenu qu’il ne roulait pas à plus de 30 km/h. Il avait néanmoins continué sa route, malgré le fait qu’il avait entendu un bruit d’impact. Ce n’est que plus tard qu’il avait été informé par un chauffeur qu’il était recherché par la police pour un accident.