La magistrate Ratna Seetohul-Toolsee, vice-présidente de la Cour industrielle, a trouvé la compagnie Phoenix Beverages Ltd coupable de n’avoir pas assurer la sécurité de Stephano Lokee, un peintre en bâtiment. Ce dernier, un employé de la Mooken Building and Civil Engineering Works Ltd, qui devait peindre les murs de l’usine de levure de la compagnie incriminée, s’est électrocuté et en tombant, il s’est fracturé le pied gauche.
Phoenix Beverages Ltd avait plaidé non-coupable au procès. Le jour de l’accident, Stephano Lokee peignait les murs intérieurs de l’usine de levure de la compagnie quand sa main droite a heurté le support métallique d’un tube fluorescent fixé au mur. Un officier de la Santé, mandé sur les lieux de l’accident, avait observé que le circuit électrique de l’usine de levure était protégé par un disjoncteur 6A, ce qui ne serait pas suffisant pour empêcher une électrocution. Un voltage test effectué par un employé de Phoenix Beverages Ltd avait révélé une différence de 50 volts entre le support en métal et un tuyau qui n’avait pas été mis en terre, ce qui aurait causé la décharge électrique. L’officier de Santé a estimé que Phoenix Beverages Ltd n’avait pas fait le nécessaire car il y avait plusieurs fuites du circuit électrique qui auraient pu causer beaucoup de dégâts dans l’usine.
Le plaignant a affirméqu’après avoir été électrocuté, il a fait une chute de 5 mètres et s’est fracturé le pied gauche. Il a aussi été noté que le sol de l’usine était constamment trempé. Stephano Lokee a déclaré en cour que son employeur, Mooken Building and Civil Engineering Works Ltd, ne lui avait pas fourni de casque de sécurité et qu’il ne pouvait attacher sa ceinture de sécurité à aucun endroit pour peindre les murs de l’usine. À l’usine, on lui avait dit qu’une personne allait tenir l’échelle pendant qu’il peindrait.
Le responsable de maintenance de Phoenix Beverages Ltd a, lui, déclaré en cour que l’usine de levure est normalement tout le temps trempé. Le responsable n’a pas nié le fait qu’au moment de l’accident, la victime devait se servir d’une échelle en aluminium pour peindre le mur sur lequel était fixé le tube fluorescent. Ce dernier a aussi accepté le fait que le circuit électrique n’a pas été coupé pendant les travaux de peinture.
L’avocat de Phoenix Beverages Ltd a déclaré que si Stephano Lokee avait porté sa ceinture de sécurité, il ne serait pas tombé de l’échelle.
La magistrate Ratna Seetohul-Toolsee estime que la compagnie n’a pas assuré la sécurité du peintre en bâtiment. Les preuves présentées en Cour ont démontré que le disjoncteur de l’usine de pouvait prévenir tout individu d’une électrocution.
La sentence sera prononcée ultérieurement.