La motion déposée en Cour suprême par Pravind Jugnauth, inculpé provisoirement dans l’affaire du rachat par le gouvernement de l’ancienne clinique MedPoint, a été appelée ce matin devant Nicolas Oh San-Bellepeau, en Cour du Master and Registrar. Comme on le sait, l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances demande que les autorités compétentes l’autorisent à utiliser certaines parties des débats du Conseil des ministres afin qu’il puisse en faire usage pour compiler sa défense.
La Cour a été informée par le représentant légal du plaignant que les « particulars » recherchées ont déjà été soumises dans un nouvel affidavit. Ce sera maintenant au tour de la partie adverse de soumettre son plea afin de pouvoir compléter le dossier. La prochaine date à laquelle la motion sera mentionnée devant cette instance est le 2 février 2012.
Pravind Jugnauth a toujours soutenu que lorsque le Cabinet a été saisi du projet de rachat par l’État de l’ancienne clinique MedPoint, il s’était retiré de la réunion, étant donné que la famille Jugnauth avait des intérêts dans l’établissement de santé. L’ex-ministre des Finances a alors demandé au secrétaire du Cabinet de lever l’interdiction de rendre publics les débats se déroulant lors des réunions du Conseil des ministres, comme le prévoit l’Official Secrets Act, mais le secrétaire a refusé. Il demande donc à la Cour suprême d’ordonner à ce dernier de revenir sur sa décision.
Les défendeurs, 1) le secrétaire du Cabinet, 2) l’État et 3) l’Attorney General, sont représentés par le State Law Office. Celui-ci avait, dans un premier temps, soumis un contre-affidavit dans lequel il avait demandé des précisions (particulars) ayant trait à ce que recherche le plaignant.
Soulignons que M. Jugnauth a retenu les services de Mes Ravin Chetty, Rashid Daureeawoo et Prithivirasingh Ballack (avocats) et Girish Nunkoo (avoué).