La magistrate Padmini Mauree siégeant en Cour de district des Hautes Plaines-Wilhems a refusé hier la liberté conditionnelle à Mike Bernard Racine, provisoirement accusé d’escroquerie.
La police a fermement objecté à la caution de Mike Bernard Racine, qui répond d’une accusation provisoire sous l’article 330 du Code criminel, car il aurait commis le délit pendant qu’il était en liberté conditionnelle. Selon l’acte d’accusation, il aurait escroqué un homme d’une somme de Rs 40 000 le 6 avril 2011 à Curepipe. Le plaignant allègue que l’accusé, qui utilisait un nom fictif, lui aurait fait croire qu’une entité dotée de pouvoirs imaginaires pouvait régler ses problèmes conjuguaux contre le versement de cette somme d’argent. Un représentant du Commissaire de police a expliqué que le demandeur est actuellement en liberté sous caution sous une accusation provisoire de « aiding and abetting in the commission of a crime » devant la Cour de district de Moka.
L’accusé a avoué son implication dans cette affaire. La police est d’avis qu’il y a de fortes chances que l’accusé récidive s’il bénéficie de la liberté conditionnelle. L’agent de police a soumis le dossier des condamnations antérieures du demandeur. Ce dernier a été quatre fois condamné pour escroquerie. Selon la police, l’enquête n’est pas encore terminée mais le demandeur a coopéré avec les enquêteurs
Mike Bernard Racine a fait une déclaration depuis le banc des accusés en soutenant que sa femme attend un enfant et qu’il se pliera à toutes les conditions que la Cour lui imposera.
La magistrate Padmini Mauree a soutenu que, malgré l’engagement pris par le demandeur, le risque pour la société et l’administration de la justice est trop grand pour lui accorder la liberté conditionnelle.