L’injonction demandée par l’International Society For Krishna Conciousness (ISKCON) contre le McDonald’s de Phoenix a été levée hier par le juge Fekna. Une nouvelle bataille pourrait commencer avec un « main case » dès demain. Le fast food peut désormais vendre des sandwichs à base de boeuf.
Il a fallu deux ans pour trancher dans la première partie de ce litige entre l’International Society For Krishna Conciousness et McDonald’s. Le juge Prithviraj Fekna a rendu son ruling hier donnant le droit au fast food, de renommée internationale, de vendre des sandwichs au boeuf à Phoenix. Le restaurant a obtenu le droit de le faire quelques jours seulement en début de mois, mais l’affaire a été relogée aussitôt. Le juge Bushan Domah avait rayé l’application et le juge Fekna a ensuite pris la relève.
Le McDonald’s de Phoenix est situé sur la propriété de Jumbo Phoenix, mais le fast food est détaché du bâtiment principal et du Food Court. ISKCON avait entré une plainte en cour suprême pour demander une injonction contre Ascencia Ltd et Chicago Restaurants Ltd en 2011 afin d’empêcher la vente de produits à base de viande bovine. Le juge Fekna avait même fait un constat de visu quant au « problème ».
ISKCON affichait un contentieux religieux pour motiver sa demande mais celle-ci n’a pas été soutenue. En effet, un représentant d’ISKCON avait fait valoir que la vache est un animal sacré dans l’hindouisme et que l’abattage de vaches ainsi que la consommation de boeuf sont proscrits. Dans un affidavit rédigé par les soins de Me Jaykar Gujadhur, McDonald’s fait comprendre qu’il n’y a aucun abattage et qu’il n’est pas acceptable que la religion s’ingère dans le business du fast food.
L’injonction a été retirée mais cela ne veut pas dire que l’affaire est finie car tout semble indiquer qu’ISKCON va loger le « main case » incessamment. Selon nos informations, les conseils légaux d’ISKCON y travaillent déjà et le dossier pourrait être prêt dès demain. Les hommes de loi étudient également la possibilité de demander une révision du ruling du juge Prithviraj Fekna. À la fin de son ruling, le juge a soutenu que « taking into account all the circumstances of the case, the fact that the determination was ultimately one in law and also the fact that the applicant is a religious body, I make no order as to costs. »
Dans un affidavit de McDonald’s, il s’avère que l’interdiction de vendre du boeuf a été préjudiciable au fast food car cela représente entre 30 % et 35 % de son chiffre d’affaires et un manque à gagner d’environ Rs 2,5 millions. Lors de la visite du juge, les hommes de loi de McDonald’s ont montré que le restaurant était très bien équipé afin de neutraliser les odeurs pouvant émaner de sa cuisine.
ISKCON est représentée par Mes Rama Valayden et Kaviraj Bokhoree (avoué). Ascencia Ltd a retenu les services du Senior Counsel Me Ivan Collendavelloo et de Me Josephine Robert (avouée) alors que Chicago Restaurant Ltd est représenté par Me Maxime Sauzier (SC) et de Me Jaykar Gujadhur (avoué). Les co-défendeurs dans cette affaire sont la municipalité de Vacoas/Phoenix ainsi que les ministères de la Santé, du Logement et de l’Environnement.