Poursuivis pour participation dans une manifestation sans l’approbation du Commissaire de Police, Showkutally Soodhun, Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Somai se sont présentés jeudi devant la cour intermédiaire. Le Senior Counsel Me Gavin Glover a objecté quand le ministère public avait essayé de produire un « statement » de l’ancien ministre du Mouvement socialiste militant. Les magistrates Niroshini Ramsoondhur et Wendy Rangan rendront leur ruling le 3 août.
Showkutally Soodhun, Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Somai ont comparu jeudi devant les magistrates Niroshini Ramsoondhur et Wendy Rangan pour avoir participé en 2009 à un rassemblement illégal en face des locaux de Radio One. Le directeur des poursuites publiques (DPP) leur intente un procès pour n’avoir pas eu l’autorisation du Commissaire de Police (CP) comme stipulé dans la Public Gathering Act.
Les accusés ont plaidé non coupables. L’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce a retenu les services du Senior Counsel Me Gavin Glover alors que Mes Ravi Yerigadoo et Rubina Jaddoo représentent les intérêts de Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Somai.
Le procès n’a toutefois pu commencer comme prévu, Me Gavin Glover (SC) ayant objecté à la soumission de la déposition du président du Mouvement socialiste militant (MSM) en date du 4 mai 2009 par Mes Rashid Ahmine (Senior Assistant DPP) et Madeven Armoogum représentant la poursuite. La raison invoquée par la défense est que l’information ne coïncide pas avec la charge logée.
Me Rashid Ahmine, en tant que leading counsel de la poursuite, a résisté à l’objection, soutenant que la déposition devrait être soumise à la cour car elle fait mention de faits importants pour la bonne marche du procès. Le Senior Assistant DPP a soutenu qu’il n’y avait aucun problème avec les charges et qu’il y avait dans ce statement des éléments qui expliquent les charges. « The statement contains highly relevant matters to the present case », a souligné l’homme de loi. Les magistrates Niroshini Ramsoondhur et Wendy Rangan feront part de leur décision le 3 août.
Les faits remontent au 2 mai 2009 rue Brown Séquard, Port-Louis. Plusieurs personnes s’étaient réunies devant les locaux de l’express et Radio One en scandant que le quotidien avait déformé une information en évaluant le nombre de personnes assistant au meeting du 1er-Mai tenu par le MSM à Saint-Pierre. Selon les manifestants, environ 20 000 personnes y étaient alors que le quotidien avait estimé l’assistance à seulement 4 000.
Les manifestants auraient proféré des insultes, brisé une vitre et brûlé des copies du journal en public pour afficher leur mécontentement. Plusieurs journalistes ont été assignés à témoigner dans ce procès.